Le projet Recoba assiste 2197 ménages très pauvres à Malanville

Sortir les populations de l’Alibori et du Borgou frappées par les effets cumulés des inondations de 2020 et les contraintes de la pandémie du Covid-19, c’est la mission humanitaire du Programme alimentaire mondial (Pam) au Bénin qui a initié le projet Résilience Covid-19 Borgou et Alibori (Recoba). Lundi, le Représentant Résident Guy Mesmin Adoua était à Sakawan Zénon, un village de la commune de Malanville pour lancer la distribution générale de vivres aux ménages très pauvres.

Le Représentant Résident du PAM au Bénin Guy Adoua remet un lot de vivres à une bénéficiaire à Sakawan Zénon (Malanville) le 21 juin 2021. Photo : Jonas H.

Tout a basculé pour Ramatou Moussa lorsque les inondations de 2020 à Malanville emportent toute sa production agricole. Mère de famille avec un ménage de huit membres, petite agricultrice, Ramatou vivait des revenus issus de ces travaux champêtres. Elle est l’une de ces victimes qui ont vu leurs biens engloutis sous l’effet de cette catastrophe naturelle. Plus de récolte, pas de vente, pas de revenu, difficile de subvenir aux besoins alimentaires… pour elle et pour sa famille. « Nous mangeons qu’une seule fois par jour car nous avons tout perdu » raconte Ramatou les yeux fixés dans le vide. Pour survivre, elle enchaîne de petits jobs comme manœuvre pour s’assurer au moins un repas par jour à sa famille. Le seul repas du jour fait à base de la cueillette.

C’est dans ce contexte de précarité créée par le choc des inondations qu’apparaisse la crise sanitaire du Covid-19 et tout s’enlise pour Ramatou tout comme Imorou Inoussa, père de cinq enfants qui a vu plus d’un hectare de champ emporté par les eaux. La douleur encore dans le regard, il raconte que sa famille mange uniquement la nuit et se contente de la bouillie en journée.

Dans la commune de Malanville, des histoires similaires à celle de Ramatou rencontré à Sakawan Zénon existent par dizaines. En effet, la commune de Malanville est l’une des localités du département de l’Alibori où les taux d’insécurité alimentaire, de malnutrition et de pauvreté sont élevés. Lorsque des ménages déjà rendus vulnérables par la perte de leurs sources de revenus doivent encore faire face aux contraintes du Covid-19, cela devient un double fardeau pour ces communautés qui ont besoin de la solidarité pour se relever. C’est la qu’intervient le projet Résilience Covid-19 Borgou et Alibori (Recoba).

Une vue du marché de Sakawan Zénon lors de la distribution générale des vivres. Photo : Jonas H.

Le projet Recoba est mis en place par le Programme alimentaire mondial (Pam) au Bénin pour fournir une assistance humanitaire aux populations touchées par les grandes inondations de 2020 et la crise sanitaire du coronavirus. Avec l’appui financier de la Coopération Suisse, ce projet qui court jusqu’en décembre 2021 impactera 30902 personnes dans les départements du Borgou et de l’Alibori. Les bénéficiaires sont les ménages impactés par les inondations de 2020, la pandémie du coronavirus, les enfants de moins de cinq ans et les petits exploitants de l’agriculture familiale.

243 tonnes de vivres pour résoudre la question urgente de la faim

243 tonnes de vivres est l’assistance qu’apporte le Programme alimentaire mondial à huit villages de Malanville regroupés au sein des arrondissements de Garou, Toumboutou, Madécali. 1197 ménages sont assistés avec des vivres pour résoudre la question urgente de la faim. Six autres villages dans l’arrondissement de Guéné pour 1000 ménages recevront une assistance financière pour acquérir les vivres sur le marché.

Des bénéficiaires après réception de leurs vivres. Photo: Jonas H.

Dans la commune de Malanville, 2197 ménages sont assistés pour se relever et reprendre leurs activités. « Tout est parti des grandes inondations de 2020. La seule chose dont nous sommes épargné, c’est la perte en vie humaine mais en matière de destruction de matériels, il y a beaucoup de ménages qui ont perdu leurs bétails, leurs récoltes parce que l’eau a tout emporté » témoigne Gado Guidami, le maire de Malanville. « Même si ces ménages ont la volonté de s’organiser, ils auront forcément besoin de se relever un peu. Le but ce n’est pas de les maintenir dans une dépendance à l’assistance mais pour les aider à se relever et à reprendre leurs activités » a dit Guy Adoua, le Représentant Résident du Programme alimentaire mondial au Bénin lors de la remise des vivres à Sakawan Zénon.

L’expérience de la faim vécue jusque là par Ramatou Moussa, que cela soit pour elle ou pour sa famille est désormais allégée. Elle a reçu grâce au projet Recoba, 168,75 Kg de maïs, 22,5 Kg de niébé, 10,25 litres d’huile, 1,8 Kg de sel.

Cette ration représente 75 jours de besoins alimentaires. L’espoir est que dans les jours qui viennent, Ramatou, Imorou et les autres chefs de ménages réussissent à relancer leurs activités pour reprendre leurs vies en main.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 5 août 2021

    […] alimentaire et nutritionnelle aux populations vulnérables. En juin, l’agence a procédé à la distribution de vivres aux ménages frappés par le double choc des inondations de 2020 et de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans les communes de Karimama et de […]

  2. 14 août 2021

    […] avec des risques d’accentuation de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle comme la situation des inondations de 2020 qui a requis l’intervention du Pam en juin […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 ⁄ 7 =