Boukoumbé / Pnasi à l’Epp Kouya – L’état nutritionnel des écoliers préoccupe les Pays-Bas

Le Représentant Résident du Programme Alimentaire Mondial (Pam), Ali Ouattara et l’ambassadeur des Pays-Bas, Jorrys Jurrëns ont effectué ce mercredi 6 décembre 2023, une descente à l’École primaire publique Kouya dans l’arrondissement de Korontière, commune de Boukoumbé. Dans cette école à cantine soutenue par les Pays-Bas, un accent particulier est mis sur les activités nutritionnelles pour le bien-être des apprenants.

Ali Ouattara et Joris Jurrëns servent les repas aux apprenants.

Il sonnait environ 11h 15 minutes lorsque la délégation conduite par les officiels fît son apparition à l’Ecole primaire publique Kouya. Les visiteurs ont été accueillis dans la pure tradition locale avec des chants et des pas de danse inspirés du patrimoine culturel local.

Après cet accueil chaleureux, sous la houlette de la première autorité de l’école et ses collaborateurs, les officiels ont fait le tour des différentes composantes de la mise en œuvre du Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi) à l’Epp Kouya.

Des cuisinières dévouées malgré les difficultés

En pleine activité de cuisson du menu du jour, les cuisinières ont dû faire une pause pour expliquer aux représentants des partenaires, leur partition en amont et en aval pour que les apprenants puissent manger un repas chaud par jour. À en croire Julienne Kada, porte-parole des cuisinières, huit cuisinières se relaient à tour de rôle à raison de deux cuisinières par jour pour les activités de la cuisine. Ce mercredi 6 décembre 2023, le menu au programme, c’est le mélange maïs, niébé et sauce tomate au poisson. « … Il y a beaucoup de problèmes mais notre principale difficulté c’est l’eau. » dira Juilenne Kada. Le point d’eau se trouve à plusieurs kilomètres de l’école selon ses propos, ce qui rend difficile les tâches à cuisine.

Éducation nutritionnelle pour la bonne santé des écoliers

Il faut rappeler que l’Epp Kouya fait partie des écoles qui bénéficient de l’accompagnement des Pays-Bas. La particularité au niveau de ces écoles c’est la mise en œuvre des activités de nutrition aussi bien à l’endroit des apprenants que des parents. Par ailleurs, un suivi nutritionnel des écoliers est réalisé avec des mesures anthropométriques. Le dépistage des cas de malnutrition aiguës chez les écoliers et les conseils aux parents pour la prise en charge des écoliers dépistés malnutris aiguës modérés constituent des priorités. Les cas sévères sont référés selon les responsables, vers les centres de santé pour une prise en charge.

Concrètement au cours du premier trimestre de l’année scolaire 2023-2024, pour 235 écoliers dépistés, les résultats se présentent comme suit :

  • Taux de prévalence écoliers dépistés malnutris aiguës modérés, 11,91 %
  • Taux de prévalence écoliers dépistés malnutris aiguës sévères, 0,85 %

Des actions ont été engagées en fonction du niveau de prévalence. Il faut préciser qu’avec les écoliers du CE1, les officiels ont suivi une séance d’activité de nutrition.

Échanges avec les acteurs de la cantine

Après la visite, les officiels ont servi les repas aux apprenants. Ils ont ensuite discuté avec les acteurs de la cantine pour mieux appréhender les facteurs de réussite sans oublier les tendances lourdes qui plombent les efforts consentis. On retient des échanges que la difficulté majeure à l’Epp Kouya, c’est l’eau et des doléances ont été faites. L’autre temps fort de cette visite a été la remise d’un présent à l’ambassadeur par la communauté locale. Il s’agit d’un sac traditionnel en guise de remerciement à ce partenaire qui aide les apprenants et la communauté locale.

Les officiels s’imprègnent des outils de suivi de l’état nutritionnel des écoliers de l’Epp Kouya

Ils ont dit

Jorrys Jurrëns, Ambassadeur des Pays-Bas au Bénin

La sécurité alimentaire est l’une des priorités de notre coopération internationale avec le Bénin. On focalise nos programmes de plus en plus au nord du pays. On a des  programmes importants avec les  différents partenaires entre autres, le Pam ici. C’est important pour moi de connaître les réalités du pays, quitter la capitale pour voir les progrès et de parler avec la communauté. J’ai vu un projet qui se développe bien, j’ai parlé ce matin avec les producteurs. J’ai constaté que la production a augmenté les dernières années. C’est en relation avec la nutrition et les cantines scolaires. La nutrition des enfants est un élément très important, c’est pour cela qu’on a combiné ces deux aspects dans le programme. On va continuer le soutien dans le domaine de la sécurité alimentaire. C’est aussi important de contribuer à la cohésion sociale et à la stabilité de l’Atacora.

Ali Ouattara, Représentant Résident du Pam au Bénin

Je vais d’abord commencer par le point commun. Toutes les écoles qui bénéficient de cantine scolaire bénéficient de repas. Chaque enfant bénéficie de repas chaud par jour. La particularité pour les 396 écoles financées par les Pays-Bas c’est qu’il y a d’autres composantes qui s’ajoutent. Il y a la composante nutrition avec l’éducation nutritionnelle, les sensibilisations sur l’hygiène, les jardins scolaires pour pouvoir améliorer les repas scolaires et le volet achat local qui permet de soutenir les producteurs locaux auprès desquels nous achetons pour livrer aux écoles. Ces éléments sont nouveaux, additionnels à la mise en œuvre du Pnasi, c’est ce qui fait la différence avec les Pays-Bas. Nous avons sept départements et onze communes qui sont couvertes par ce programme avec 396 écoles et entre 73000 et 75 000 écoliers bénéficiaires qui bénéficient de cette assistance.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 − 17 =