Roajelf-Bénin outille les adolescents d’Adjarra sur les questions de santé de la reproduction

Le Réseau ouest-africain des jeunes femmes leaders du Bénin (Roajelf/Bénin) est allé au contact des adolescentes et adolescents de la commune d’Adjarra ce samedi. Ceci dans le cadre d’un projet d’information, de sensibilisation et d’éducation sur les questions de santé de la reproduction (SR) qu’il a initié pour donner du contenu à la célébration de la journée mondiale de la population célébrée chaque 11 juillet. En 2016, le thème retenu est « Investir dans les adolescentes ».

Une vue de la salle lors de la séance.Photo: Miguèle Houéto

       Une vue de la salle lors de la séance.Photo: Miguèle Houéto

C’est au centre de documentation d’Adjarra que  la coordination régionale Ouémé de Roajelf-Bénin a mobilisé les adolescents pour une rencontre d’information et d’éducation qui aura permis aux communicateurs de la circonstance d’aborder avec la cible des questions que les parents n’abordent souvent pas avec leurs enfants.

Dans les ménages au Bénin, les questions liées à la sexualité des jeunes demeurent toujours un tabou. « Les parents ne dialoguent presque pas avec leurs enfants » a souligné Miguèle Houéto, coordonnatrice régionale de Roajelf dans le département de l’Ouémé en ajoutant que « Les parents doivent s’ouvrir et se comporter comme un confident, une sœur, un frère avec leurs enfants pour échanger avec eux sur les sujets liés à la sexualité »

La photo de famille après la rencontre avec les parents d'élèves.Photo: Miguèle Houéto

La photo de famille après la rencontre avec les parents d’élèves.Photo: Miguèle Houéto

La puberté, les grossesses non désirées, les conséquences d’une vie sexuelle précoce, les infections, la communication parent-enfant sont quelques mots clés qui ont meublé la séance de rencontre avec les adolescents d’adjarra. L’initiative qui a le soutien du Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap) sera dupliquée dans les jours à venir au profit des adolescents de Klouékanmey et de Bantè a confié Amal Okotchè, la vice-présidente de  Roajelf-Bénin.

Dans la logique de l’Organisation des Nations Unies (Onu), « investir dans les adolescentes » c’est protéger l’adolescente des maux qui constituent une contrainte à son développement, son évolution et son épanouissement dans sa communauté.

Le non accès au service de santé de la reproduction est l’une de ces contraintes. Roajelf-Bénin n’a pas manqué d’associer à sa rencontre la coordination régionale du sud-est de l’Association béninoise pour la promotion de la famille (ABPF) qui offert des services gratuits de dépistage du cancer du col de l’utérus et des seins aux adolescentes d’Adjarra.

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *