Cantines scolaires : Echanges entre la première dame du Burundi Angeline Ndayishimiye et les agences du Système des Nations-Unies

En mission d’étude du programme des cantines scolaires du Bénin, la première dame du Burundi Angeline Ndayubaya Ndayishimiye  a rencontré mercredi soir à Novotel (Cotonou), le Programme alimentaire mondial (Pam) et l’ensemble des agences du Système des Nations-Unies impliquées dans le développement du Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi) au Bénin.

Une vue de la salle lors des échanges avec Angeline Ndayishimiye
Une vue de la salle lors des échanges le 09 juin 2021. Photo: Makeba Tchibozo

La visite d’étude du programme des cantines scolaires du Bénin par la première dame du Burundi Angeline Ndayishimiye aura lieu du 9 au 14 juin prochain.

L’objectif global de sa visite est d’apprendre de l’expérience béninoise en cours depuis 2017 et de s’inspirer du modèle du Bénin pour son pays. « Consciente des avancées spectaculaires que le Bénin connait en matière d’alimentaire scolaire, je suis au Bénin pour s’inspirer de votre riche expérience en vu de l’exploiter pour la promotion de l’alimentation scolaire au Burundi » a confié Angeline Ndayishimiye lors d’une rencontre plus tôt avec le ministre du développement Abdoulaye Bio Tchané.

Pour sa première journée de mission, la marraine du programme d’alimentation scolaire du Burundi a rencontré au cours d’une séance de partage, les agences du Système des Nations-Unies impliquées dans le développement de l’initiative gouvernementale pour enrayer la faim dans les écoles. En pôle position, le Programme alimentaire mondial (Pam) qui apporte son expertise à la mise en œuvre du programme des cantines scolaires au Bénin mais aussi l’Unicef, le chef de file de l’éducation du SNU.

Dans la pratique, la rencontre de Novotel a été une occasion pour Angeline Ndayishimiye et la délégation de cadres qui l’accompagnent de visualiser de près le parcours du Bénin depuis le lancement du Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi) par le gouvernement du Bénin.

Pour plus de 600,000 enfants qui bénéficient d’un repas chaud et nutritif chaque jour de classe et 3851 écoles primaires publiques couvertes, le programme des cantines scolaires au Bénin fait du chemin et obtient des résultats à travers diverses stratégies qui pourront inspirer la partie burundaise. L’expérience béninoise se déroule « sur la base d’une feuille de route validée par le gouvernement avec deux principales phases : la phase de test et la phase d’extension. Le modèle aborde essentiellement toutes les étapes de mise en œuvre de programme de cantine scolaire y compris la définition d’un panier alimentaire et le renforcement de la participation communautaire » informe Guy Adoua, le Représentant Résident du Programme alimentaire mondial au Bénin.

Le Représentant Résident du PAM au Bénin Guy Adoua remet à Angeline Ndayishimiye, première dame du Burundi un kit de jeu lors d'une rencontre avec les cadres du Système des Nations-Unies au Bénin le 9 juin 2021.
Le Représentant Résident du PAM au Bénin Guy Adoua remet à Angeline Ndayishimiye, première dame du Burundi un kit de jeu lors d’une rencontre avec les cadres du Système des Nations-Unies au Bénin le 9 juin 2021. Photo : Makeba Tchibozo

« Au Bénin, pour réussir la mise en œuvre du Programme national d’alimentation scolaire intégré, des actions de complémentarité et de synergie sont menées par les partenaires techniques et financiers et les ministères sectoriels clés » a partagé Djanabou Mahonde, Représentante Résidente de l’Unicef et chef de file de l’éducation pour signifier la force du partenariat dans l’expérience béninoise.

Le Burundi en quelques chiffres, c’est 570,000 enfants qui sont nourris dans 703 écoles alors que le besoin d’une cantine scolaire existe pour 2, 400,000 écoliers burundais.

La visite de la première dame Angeline Ndayishimiye au Bénin permettra de renforcer les capacités des décideurs et techniciens Burundais à développer un programme de cantines scolaires endogènes basées sur la production locale en s’imprégnant de la riche expérience du Bénin pense le Coordonnateur Résident du Système des Nations-Unies Salvador Niyonzima. « La coopération Sud-Sud est un moyen efficace de partager les connaissances acquises et d’améliorer les programmes d’alimentation scolaire durables liées à la nutrition et à la production agricole locale » a dit le Coordonnateur du SNU.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13 juin 2021

    […] de l’accord de partenariat entre le Pam et l’Ong Direct Aid est l’un des moments forts de la rencontre entre la première dame du Burundi Angeline Ndayishimiye et les agences du Système des… à Novotel (Cotonou). En visite d’étude du programme des cantines scolaires du Bénin du 9 au 14 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 14 =