Culte "Oro" : interdit aux femmes mais à Sakété elles adorent le festival

Dans la conception culturelle liée au culte  « Oro »  une divinité de la religion endogène adorée dans la plupart des communes du plateau au Bénin (milieu nago), les femmes ne devraient jamais voir cette divinité. N’empêche ! Elles sont attachées à cette tradition.

Arrivée des femmes à la cérémonie d'intronisation du nouvel Adjanan Oro Sakété le 31 juillet 2016.Photo: Bismarck Sossa

Arrivée des femmes à la cérémonie d’intronisation du nouvel Adjanan Oro Sakété le 31 juillet 2016.Photo: Bismarck Sossa

Dans les régions où cette croyance est exprimée, la présence et enthousiasme des femmes lors des grands rendez-vous publics liés à la divinité Oro témoignent du rapprochement spirituel qu’elles ont avec cette divinité qui ne sort qu’une seule fois l’an à l’occasion d’un festival courant août. Pendant ce festival, les cultes de jour comme de nuit sont rigoureusement interdits aux femmes qui prennent leurs dispositions pour rester dans leurs chambres.

Pourtant à Sakété connu pour sa pratique Oro, c’est l’un des cultes les plus « divertissant » commentent certaines femmes qui indiquent « fêter » en famille au village pendant la période du festival annuel Oro. « Le festival Oro est pour les femmes à Sakété des moments de fête ! On aime vivre ça et ça va commencer bientôt ! » confie une jeune femme rencontrée devant la forêt sacrée de la divinité Oro à Sakété lors de l’intronisation du nouvel Adjanan Oro. « C’est vrai ! On aime vivre ça » lance une autre jeune femme comme pour confirmer la première. « On reste enfermer quelques jours mais on aime ! ».

Rituels d'intronisation du nouvel Adjanan Oro Sakété le 31 juillet.Photo: Bismarck Sossa

Rituels d’intronisation du nouvel Adjanan Oro Sakété le 31 juillet.Photo: Bismarck Sossa

Le jour de l’intronisation du nouvel Adjanan Oro de Sakété (dimanche 31 juillet 2016) devant la forêt sacrée démontre combien les femmes sont attachées aux événements liés au culte Oro. Elles étaient mobilisées autant que les hommes pour accueillir le nouveau patron du culte dans la localité et environs. Leurs cris pour répondre « Aaashè ! aashè ! » (amen ! amen !) aux intentions de prière confirment une acceptation poussée dans leur conscience d’une divinité qu’elles doivent pourtant pas voir.

Iya lodé Oro Sakété en échange avec les journalistes le 31 juillet.Photo: Bismarck Sossa

Iya lodé Oro Sakété en échange avec les journalistes le 31 juillet.Photo: Bismarck Sossa

« Que Dieu protège notre nouvel Adjanan oro ! Que la divinité le guide à réussir sa nouvelle responsabilité de Adjanan » scande le Iya lodé (femme d’une certaine responsabilité qui a des entrées dans un couvent interdit à la femme) à la fin d’une série de rituels ayant consacré Amidou Moustapha, haut responsable du culte Oro à Sakété.

La pratique du culte Oro est interdite aux femmes certes sa sortie annuelle constitue une célébration festive à voir l’attachement qu’elles expriment en faveur de cette divinité. Les femmes à Sakété de leur coté attendent le prochain rendez-vous cultuel qui sauf report démarre 28 août selon le Alaga Oro de Sakété Omorè Ola Egbè, un haut dignitaire du culte à Sakété.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 × 26 =