L’enquête pour l’Analyse globale de la vulnérabilité et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle – système alimentaire (AGVSAN-SA 2021) lancée au Bénin

L’enquête pour la réalisation de la prochaine génération de l’Analyse globale de la vulnérabilité et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle – Système alimentaire (AGVSAN-SA) est lancée vendredi à l’hôtel Golden Tulip à Cotonou. Les résultats sont attendus pour fin décembre.

En simple, il s’agit d’une enquête qui aboutira à un rapport qui montrera le visage de la situation de la vulnérabilité et de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Bénin. La dernière génération de cette Analyse globale de la vulnérabilité, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et système alimentaire au Bénin remonte à 2017. L’édition 2021 officiellement lancée ce vendredi, vise à renouveler les données afin de permettre aux partenaires intervenant sur les questions de sécurité alimentaire de disposer de ressources statistiques actualisées.

Cette année, des données seront collectées auprès de 26,000 ménages dans le but de « cartographier la situation de vulnérabilité et d’insécurité alimentaire et nutritionnelle d’une population donnée d’une part et d’analyser les dynamiques relationnelles entre les systèmes alimentaires à travers ses différentes composantes d’autre part »  justifie Aguêmon Dossa, le Directeur de cabinet du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.

Avec l’appui technique du Programme alimentaire mondial engagé sur les questions liées au bien-être des populations vulnérables et la sécurité alimentaire, le Coordonnateur Résident du Système des Nations-Unies Salvator Niyonzima pense que l’AGVSAN-SA « permettra au Gouvernement et l’ensemble des partenaires intervenants dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle de disposer d’une base de données réelle et actualisée sur la situation d’insécurité alimentaire au niveau du Bénin afin de planifier les interventions nécessaires et soulager les populations vulnérables dans la perspective de ne laisser personne de côté ».

Photo de famille de l’ensemble des acteurs à la fin du lancement de l’AGSAN-SA 2021. Photo: Makeba T.

Pour le Coordonnateur Résident du SNU, les stratégies visant l’atteinte de l’objectif de développement durable ODD 2 (Faim Zéro) « ne peuvent se révéler efficaces que si des informations précises, fiables, représentatives et récentes existent sur la prévalence de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, la localisation géographique, les causes de l’insécurité alimentaire et les caractéristiques des personnes touchées en lien avec les systèmes alimentaires ».

En apportant un financement de $ 615,000 à la réalisation de cette enquête nationale sur la vulnérabilité et la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Bénin, le Royaume des Pays-Bas réaffirme son engagement en tant que membre de la coalition pour la Faim Zéro en 2030. L’ambassadrice des Pays-Bas au Bénin To Tjoelker-Kleve souligne que « la situation nutritionnelle d’un pays, d’une famille ou d’une personne constitue un indicateur clair de son bien-être et de son développement ». Pour elle, la situation nutritionnelle est un indicateur multisectoriel et le résultat de plusieurs facteurs, que cela soit la situation économique d’une personne, son accès à la santé ou à l’eau. Si  l’enquête pour l’analyse globale de la vulnérabilité et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle est bien faite, « on sait là où il y a vulnérabilité, là où il y a inégalité et là où il y a des problèmes à résoudre » remarque l’ambassadrice To Tjoelker-Kleve.

Au Bénin, les ménages ruraux sont plus touchés par l’insécurité alimentaire. C’est pourquoi l’un des arguments qui justifie l’importance de l’enquête pour la réalisation de l’Analyse globale de la vulnérabilité et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle – Système alimentaire (AGVSAN-SA 2021) est « la disponibilité des données devant permettre de faire le suivi et d’élaborer des stratégies pour atténuer les impacts des chocs dans le cadre des agendas nationaux et internationaux »  a expliqué Aguêmon Dossa, le Directeur de cabinet du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche lors du lancement.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 22 =