Le nouveau visage de l’Institut national de la femme au Bénin

Le conseil des ministres du Gouvernement s’est penché mercredi 21 juillet sur la vie de l’Institut national de la femme. Extrait.

Mariam Chabi Talata
La Vice-présidente Mariam Chabi Talata recevant ces attributs de grande chancelière de l’Ordre national du Bénin des mains du Président investi Patrice Talon le 23 mai 2021 à Porto-Novo. Photo: Présidence du Bénin

…Le Gouvernement entend engager résolument une dynamique favorisant la promotion et la protection de la femme, à travers notamment l’éradication des discriminations dont elle est l’objet, de même que les diverses formes de violences qui compromettent son épanouissement.

A cet effet, il s’avère nécessaire de surmonter également les résistances socio-culturelles aux fins de consolider les réformes sur l’amélioration de la représentativité de la femme au plan politique ainsi que son émancipation économique.

L’Institut initialement dédié à la promotion de la femme n’a pu, pour diverses raisons, jouer le rôle de levier destiné à assurer la mise en œuvre d’une politique cohérente et durable en vue de relever les défis identifiés.

Tirant leçon des faiblesses rédhibitoires dudit Institut, le Conseil a décidé de le réorganiser entièrement en donnant une nouvelle impulsion à ses mission et attributions. Ainsi, l’Institut national de la Femme, dans sa nouvelle configuration, est un organisme public doté de la personnalité juridique, de l’autonomie financière et de prérogatives importantes pour mener des actions plus déterminantes en faveur de la femme.

Rattaché à la présidence de la République, il aura pour mission d’œuvrer à la promotion de la femme, tant aux plans politique, économique, social, juridique que culturel, aussi bien dans la sphère publique que privée. Il sera aussi chargé de lutter contre toutes les formes de discrimination et de violence à l’égard de la femme.

Véritable cadre de concertation avec les organisations de la société civile qui œuvrent à la protection et à la promotion de la femme, l’Institut disposera, par ailleurs, d’un service actif d’écoute qui recevra les dénonciations de faits de discrimination ou de violence dont elle est l’objet. Il dispose du droit d’ester en justice et de se constituer partie civile pour ces faits.

Source : extrait du conseil des ministres en date du 21 juillet 2021.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 2 septembre 2021

    […] national de la Femme, dans sa nouvelle configuration telle que pensée par le Gouvernement depuis sa rencontre du 21 juillet, « est un organisme public doté de la personnalité juridique, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =