Réunion du Comité quadripartite au PAM : Vers une meilleure harmonisation de la mise en œuvre du programme des cantines scolaires

Le Comité quadripartite sur la mise en œuvre du Programme national d’alimentation scolaire intégré s’est réuni ce vendredi au siège du bureau pays du  Programme alimentaire mondial (Pam) à Cotonou. Au cours de la rencontre, les cadres ont passé en revue les actions menées jusque-là et fait des propositions pour une meilleure harmonisation de la mise en œuvre du programme des cantines scolaires.

Le Programme national d’alimentation scolaire intégré mise en œuvre par le Bénin doit aller  au-delà de combler les attentes de tous, mais faire également école dans les autres pays. Ce challenge tient à cœur au Programme alimentaire mondial, à qui la gestion de ce programme a été confiée depuis plus de 3 ans. C’est la synthèse qui se dégage de la tenue de la réunion du Comité quadripartite pour l’harmonisation de la mise en œuvre de la cantine scolaire qui a eu lieu ce vendredi. 

En effet, aux dires du Coordonnateur Salian Sékou Kouyaté, ce comité est créé pour harmoniser et faire une synergie d’actions des principaux acteurs qui sont impliqués directement dans la mise en œuvre de la cantine scolaire.  « Le Pam seul face  aux défis  de la cantine scolaire, ce n’est pas évident que nous maitrisons  les facteurs internes qui sont à nos portées  et les facteurs externes  qui relèvent des partenaires de ce comité. Si chacun agit de façon isolée,  il n’y aura pas un espace de coordination, de concertation de communication, même si le programme réussit, il  ne sera pas optimisé au maximum. C’est la raison pour laquelle, le Représentant résident du Pam en concertation avec Madame la présidente de la cellule présidentielle de suivi de la formation et de l’enseignement  supérieur, ont cru important de mettre  sur pied un cadre de concertation »,  explique Sékou Kouyaté.

Composé de huit hauts cadres, ce cadre est constitué  de deux représentants du Pam, de deux membres de la Cellule, de deux représentants du Memp et de deux représentants des Ong partenaires.  Il est chargé de réfléchir sur l’amélioration de l’implication des communautés (solutions durables) pour accompagner les cuisinières. Il a pour rôle de répertorier les forces et les faiblesses et proposer des actions pour l’amélioration de la stratégie globale du Pnasi; de revoir la liste des écoles bénéficiaires (éliminer les doublons…), de mener des réflexions pour le renforcement des capacités des agents de terrain. Il a pour mission de proposer des solutions pour la sécurisation des vivres dans les écoles pour mettre fin aux cas de cambriolages, d’apporter son appui au processus d’élaboration du modèle national d’alimentation scolaire au Bénin et de faire des réflexions en amont sur l’adoption d’une loi sur l’alimentation scolaire.

A cette  réunion  qui a connu la présence de tous les membres, les participants ont eu à faire le  point de ce qui a été fait jusque-là au niveau des cantines scolaires. Ils ont également  fait des  projections, défini des actions pour qu’il n’y ait pas  des mêmes choses de part et d’autres.

Laisser des empreintes pour la durabilité du programme !

Dans son mot, à l’entame des travaux, le Représentant Résident du Pam, Guy Adoua a  rappelé l’obligation de continuer la mise en œuvre du Programme national d’alimentation scolaire malgré la crise sanitaire liée au Coronavirus. Il est revenu sur le contexte de la création du comité qui a-t-il précisé, n’est  pas une instance de décision mais plutôt un creuset de réflexion qui soumettra des propositions au Pam pour améliorer la mise en œuvre du programme.

«Ce qui nous réunit ensemble, c’est un grand défi et ce défi nous amène à nous retrouver  autant que possible pour nous assurer que nous sommes sur la bonne voie. Nourrir les enfants, c’est toute une responsabilité.  … Je  suis le plus heureux pour que nous puissions nous retrouver autour de cette table parce que nous avons tous des grandes responsabilités. Nous avons une contribution à apporter et que en  mettant en place, ce comité, ce cadre  de concertation de travail,  cela nous amène  vers le succès de ce programme. Mais aussi que cela constitue une école. Avec cette organisation, nous n’avons pas le droit d’échouer.   Il ne s’agit pas d’aller copier un modèle ailleurs. Ce cadre permettra de valider un modèle qui tiendra compte des réalités du pays », a fait savoir Guy Adoua.

Le Représentant Résident du Pam  remercie tous les  participants  pour leur disponibilité  et compte sur leur détermination. Mais avant, il a exprimé son souhait de voir  cette gestion laisser des  empreintes avec ce programme d’alimentation scolaire et que ce programme reste  viable et durable et qu’ils servent les enfants sur plusieurs années. « Nous devons payer les prix nécessaires pour en arriver là. Trois ans  après, on doit déjà cerner les problèmes et les résoudre », a-t-il dit pour finir.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 21 =