Les maires rejoignent le PAM pour la mobilisation des communautés autour des cantines scolaires

Depuis 2017, le Programme alimentaire mondial (Pam) au Bénin assure la gestion du programme des cantines scolaires. Les écoliers ont un repas à l’école et c’est une réalité. La prochaine étape dans la mise en œuvre à succès du programme est la mobilisation des communautés.

Une vue de la salle pendant les échanges à la Préfecture de Lokossa. Photo: Jonas Hounmanou

Les communautés ont un rôle à jouer dans le fonctionnement normal des cantines dans les écoles. Leurs apports en souscription, en dons divers pour soutenir les cantines, leurs disponibilités à veiller à la sécurité des magasins de stockage des vivres, à prévenir les cas de cambriolage, à accompagner le développement des jardins scolaires, la construction de la cuisine…sont autant de contributions espérées des communautés à la base autour des écoles à cantine.

Dans certaines écoles la communauté est présente. Dans d’autres, la participation demeure faible. C’est donc pour réussir la mobilisation des communautés que le Représentant Résident du Pam au Bénin Guy Adoua mise sur les autorités et élus locaux pour que leurs voix soient, une voix de plus dans la sensibilisation des populations bénéficiaires du programme des cantines scolaires.

Au cours d’une rencontre mercredi à la préfecture de Lokossa avec les maires du Mono, Guy Adoua a exprimé son vœu de voir les autorités locales et les élus s’associer au gouvernement, au Pam, aux partenaires pour amener les communautés à s’approprier le programme pour tirer profit de toutes les opportunités autour. « Il y a des messages qui passeront plus vite quand ils viennent des élus locaux et des autorités locales. Quand il est question de s’adresser à la communauté, l’élu local est mieux placé » a dit le Représentant Résident pendant les échanges avec les maires. Pour que le programme soit durable, il faut que la communauté s’associe. Les élus à la base peuvent être un grand atout.

Les maires du Mono sont prêts à jouer leurs partitions au côté du Pam…

« Notre engagement ne devrait pas être négocié. Les écoles bénéficiaires des cantines sont dans notre communauté et nous devons les accompagner » pense Saturnin Dansou, le maire de la commune d’Athiémé qui soulève la question de l’appropriation du programme des cantines scolaires par les élus pour mieux en parler avec les populations. « Il faut que la sensibilisation soit permanente. Il faut coacher les communautés, les chefs d’arrondissement, les délégués, les comités de gestion des cantines… » approuve le maire de Comè, Hessou Coffi Pascal.

Photo de famille du Représentant Résident du PAM et du Préfet avec les maires et les Ongs partenaires. Photo: Jonas Hounmanou

Les élus, au-delà de passer des messages à la communauté peuvent contribuer aussi à résoudre certaines difficultés liées au fonctionnement des cantines. A Bopa où 64 écoles bénéficient de cantines scolaires, le maire Dandévèhoun Frédéric pense que des lignes peuvent être intégrées dans le prochain budget pour contribuer à la résolution de certains problèmes que rencontrent les écoles.  L’accès au point d’eau par exemple est un besoin permanent dans les écoles. « Nous devons aider les maires pour que les cantines installés dans les écoles connaissent un succès » reconnait le préfet du Mono Zinsou Komlan Sèdjro. Ce département compte 195 écoles bénéficiaires des cantines scolaires.

Lalo : un exemple du rôle des élus en faveur du programme des cantines scolaires

Lalo est une commune dans le département du Couffo. Dans cette commune, 82 écoles sont bénéficiaires du programme des cantines scolaires. La visite du Représentant Résident du Pam au premier adjoint du maire Noulèhounsi Oké Louis a permis de constater que le conseil communal de Lalo compte les cantines scolaires au menu de ses priorités.

Le 1er Adjoint au maire de Lalo Noulèhounsi Louis et le Représentant Résident du Pam Guy Adoua se donne la main pour activer davantage la mobilisation des communautés autour des cantines scolaires. Photo: Jonas Hounmanou

La sensibilisation des communautés, l’idée de programmation de ligne budgétaire pour contribuer à la construction de cuisine, à l’instauration de taux forfaitaire pour motiver les femmes en charge de la préparation des repas, de frais pour supporter la visite médicale des femmes impliquées dans la cuisine sont des sujet débattus par les élus du conseil communal de Lalo a confié le premier adjoint au maire.

Le plaidoyer du Représentant Résident du Programme alimentaire mondial au Bénin Guy Adoua reçoit des échos favorables auprès des maires. Son vœu est de voir tous les maires du Bénin apportés leurs appuis, leurs accompagnements à la mobilisation des communautés autour des cantines scolaires. Sur ce plan, son audience avec le maire de Bohicon Luc Sètondji Atrokpo, président de l’association nationales des maires des communes du Bénin (ANCB) porte des espoirs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 11 =