Les directeurs de pays du PAM en Afrique de l’Ouest et du Centre s’imprègnent de l’évolution du programme d’alimentation scolaire du Bénin

La réunion régionale du Programme alimentaire mondial (Pam) pour l’année 2023 organisée au Bénin a permis de partager l’expérience réussie du pays dans la mise en œuvre de son programme d’alimentation scolaire. Plus d’une cinquantaine de participants ont pris part à cette session dont 19 Représentants du Pam de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, des cadres techniques venus du Bureau Régional du Pam au Sénégal et du siège en Italie. Saisissant donc l’occasion, avec chiffres à l’appui, Abdoulaye Bio Tchané, Ministre d’Etat accompagné de ses collègues des Enseignements maternel et primaire, de l’agriculture, l’élevage et de la pêche, a retracé le parcours du Bénin.

Photo de famille des participants à la rencontre des directeurs de pays du Programme Alimentaire Mondial en Afrique de l’Ouest et du Centre à Cotonou. Photo: Jonas Hounmanou

« Il me plaît de rappeler que le Programme National d’Alimentation Scolaire Intégré (Pnasi) est une bouffée d’oxygène non seulement pour l’école béninoise, mais aussi pour les communautés locales où les parents sont désormais libres de vaquer à leurs activités sans plus se préoccuper des mouvements de leurs enfants aux heures de pause puisque leur repas est assuré ». C’est en ces termes que s’exprimait le Ministre d’Etat à l’ouverture de la réunion biannuelle des Directeurs Pays du Pam de l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Selon ses explications, plusieurs facteurs ont conduit à la création du Pnasi. En effet, confronté aux nombreux défis révélés par les différents diagnostics du système éducatif béninois en 2016 dont, entre autres, la pauvreté et l’insécurité alimentaire qui affectent la qualité de l’éducation des enfants en scolarisation dans les zones déshéritées ou à fort taux de pauvreté, le Gouvernement du Bénin a opté pour des réformes profondes et courageuses. Ainsi, à travers son programme d’action, il a inscrit le Pnasi au rang des projets phares en confiant son opérationnalisation au Pam.  » L’occasion est donc propice pour saluer et remercier encore une fois le Programme Alimentaire Mondial (Pam) pour son expertise déployée et son accompagnement sans cesse renouvelé aux côtés du Gouvernement béninois particulièrement dans la gestion du Programme National d’Alimentation Scolaire Intégré (Pnasi) au Bénin « , a laissé entendre le Ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané, avant d’ajouter « De tous les programmes gouvernementaux, le programme des cantines scolaires est celui qui est le plus apprécié des populations. D’ici un an, si tout va bien, nous allons atteindre l’universalité ».

Le Pnasi en chiffres

Le Gouvernement du Bénin a décidé de consacrer plus de ressources aux cantines scolaires pour couvrir au moins 31 % des écoliers (1 enfant sur 3) et leur donner un repas chaud tous les jours d’école. Ce qui a représenté à l’époque près de 7 Milliards de francs CFA par an, soit 6 à 7 fois le budget précédent (contre une moyenne de 1,5 milliard de budget annuel avant 2016). Parallèlement, en vue de l’efficacité du programme et pour régler les problèmes de gouvernance et d’apprentissage, le choix d’un partenariat avec le Pam pour son opérationnalisation a été fait.

De droite vers la gauche : Chris Nikoi (Directeur Régional du PAM pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre), Abdoulaye Bio Tchané (Ministre d’Etat chargé du développement et de la coordination de l’action gouvernementale), Salimane Karimou (Ministre des enseignements maternel et primaire), Gaston Dossouhoui (Ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche).

Les résultats encourageants, grâce à l’expertise du Pam, ont suscité la décision de faire un pas de plus en 2018 et de passer de 1 enfant sur 3 à 2 enfants sur 4 faisant passer le taux de couverture à 51 % et le budget à près de 15 milliards de francs CFA par an. La réussite de la collaboration avec le Pam a été fulgurante. Le besoin s’est fait sentir d’aller plus loin en 2021 soit à 3 enfants sur 4, passant donc à 75% de taux de couverture à la rentrée scolaire 2021-2022. « Cela représente environ 1 200 000 enfants qui reçoivent un repas chaud chaque jour de classe dans toutes les communes du pays. » a argumenté le Ministre Salimane Karimou des Enseignements Maternel et Primaire et confirmant que la « couverture à 100% est presque engagée » et sera effective dès la rentrée scolaire 2023-2024.

Un programme à hauts impacts !

L’évolution du taux de couverture de 17% au début du programme des cantines scolaires à 75% fait du Bénin un modèle inspirant pour les autres pays et « c’est un succès que nous partageons avec le Pam » a dit le ministre Abdoulaye Bio Tchané car le partenaire privilégié du gouvernement sur cette initiative est le Programme Alimentaire Mondial. Ce succès se remarque principalement à travers les nombreuses évaluations réalisées et qui révèlent que les écoles bénéficiaires de ce programme connaissent une amélioration de leur niveau de performance comparativement aux écoles qui ne sont pas encore couvertes. Les repas scolaires ont favorisé l’accroissement du taux de scolarisation et celui de rétention à l’école. En outre, le modèle d’alimentation scolaire du Bénin, vu comme filet de protection sociale, est un vecteur de développement du capital humain national.

La particularité du programme du Bénin réside entre autres, en son aspect intégré relatif à la prise en compte des volets agriculture, petit élevage, santé, hygiène… autour des cantines scolaires. Les bénéfices de sa réalisation sont innombrables. Ainsi, l’alimentation scolaire est un intrant indispensable à une éducation de qualité des enfants à travers l’amélioration du taux de rétention et du niveau d’amélioration des résultats scolaires. « En dehors du repas, le Pnasi est également un outil de développement communautaire… » selon les propos du ministre d’État.

De droite à gauche, Chris Nikoi (Directeur Régional du PAM pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre), Abdoulaye Bio Tchané (Ministre d’Etat chargé du développement et de la coordination de l’action gouvernementale

Les Directeurs Pays du Pam et d’autres cadres présents à la rencontre de Cotonou sont admiratifs de l’engagement du Gouvernement à investir dans le programme de l’alimentation scolaire qui sert de porte d’entrée pour booster la production et l’économie locales. Pour la région ouest-africaine et centrale, les leçons apprises du parcours du Bénin peuvent servir de catalyseur pour inspirer d’autres pays. 

Je voudrais sans grande modestie dire qu’on peut considérer l’exemple de l’alimentation scolaire du Bénin comme un exemple au niveau régional et au niveau mondial. Quand on met tous les facteurs en jeu à savoir l’engagement du gouvernement en termes financiers, la production locale qui est intégrée, le rôle des communautés… Quand on met tout cela ensemble, tel que cela se passe au Bénin, je pense que c’est un exemple qu’on peut citer au niveau mondial.

Ali Ouattara, Représentant Résident du Pam au Bénin.

Quant au ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, il a reconnu l’amélioration de la production locale grâce à la mise en œuvre du programme. Les achats locaux auprès des petits producteurs étant un aspect crucial du Pnasi, il a loué les efforts du Pam dans ce sens et souhaité que tous les vivres destinés aux cantines soient achetés plus tard au niveau local. « Nous voulons manger ce que nous avons produit. » a affirmé Gaston Dossouhoui.

Très émerveillé, le Directeur Régional du Pam pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Chris Nikoi, a annoncé que les discussions sont en cours avec la Cedeao pour l’organisation d’une conférence internationale sur le programme des cantines scolaires afin de partager l’expérience du Bénin. « Le Bénin a quelque chose à changer dans notre région » a-t-il conclu.

Le ministre d’État chargé du Développement et de la Coordination de l’Action gouvernementale, Abdoulaye Bio Tchané a, pour finir, exprimé la disponibilité du Bénin à partager son modèle, avec les pays frères et amis qui en feraient la demande. Car, il s’agit selon lui, d’un investissement dans le capital humain et dans l’avenir des ressources humaines de notre continent. L’engagement du Bénin se traduit également par l’adoption en conseil des ministres le mercredi 26 avril 2023 du projet de loi sur l’alimentation scolaire afin de rendre pérenne les acquis du programme à travers un cadre juridique, institutionnel et réglementaire approprié.

Par l’Unité Communication du PAM au Bénin

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 − 17 =