Communiqué de presse| Approche Multisectorielle: l’Afrique a réalisé des progrès dans la lutte contre les violences sexistes malgré les lacunes subsistant selon un nouveau rapport

23 Mars – NAIROBI, Kenya– Un nouveau rapport a révélé que les pays d’Afrique progressent dans la lutte contre la violence basée sur le genre (VBG), y compris les mutilations génitales féminines (MGF), grâce à l’adoption de l’approche multisectorielle (AMS) impliquant toutes les parties prenantes du développement et mise en œuvre de programmes de protection et de promotion des droits des femmes et des filles. Cependant, des défis tels que le manque d’engagement politique et des ressources limitées ont un impact significatif sur la mise en œuvre efficace de l’AMS, selon une étude réalisée par Equality Now, une organisation internationale de défense des droits des femmes, en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et l’Initiative Spotlight.

Publié le mercredi 23 mars 2022, le rapport « Utilisation de l’approche multisectorielle pour mettre fin à la violence basée sur le genre et aux mutilations génitales féminines en Afrique », se penche sur 11 pays africains où l’Initiative Spotlight a été mise en œuvre, à savoir : Burkina Faso, Éthiopie, Guinée, Kenya, Libéria, Mali, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Tanzanie et Ouganda. L’Initiative Spotlight est un programme des Nations Unies visant à éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles, mené en collaboration avec l’Union Africaine et l’Union Européenne.

Le rapport a analysé les diverses expériences des pays et identifié les bonnes pratiques et stratégies adoptées pour prévenir, traiter et éliminer les MGF et d’autres formes de VBG. Il a également constaté que les pays qui ont mis en place une coordination multisectorielle ont rencontré des défis similaires entravant son plein potentiel. Cela inclut des lacunes flagrantes dans la mise en œuvre de l’AMS par les pays, rendues encore plus apparentes à la suite de la pandémie de COVID-19 qui a exacerbé et exposé l’étendue des VBG.

Bien qu’il existe des preuves de changements positifs dans les normes sociales, une synergie plus forte des actions est nécessaire de la part de différents secteurs sur le long terme. Cela nécessite l’application holistique de l’AMS, rassemblant les acteurs étatiques et non étatiques concernés tout en fournissant une plate-forme pour coordonner le développement et la mise en œuvre des programmes et actions nationaux et allouer des ressources.

Tous les pays du rapport ont intégré les luttes contre les VBG et les MGF dans leurs plans nationaux de développement. Cependant, le moyen le plus efficace pour la protection des femmes et des filles est de mettre en place une législation contre les MGF, car cela contribue à accélérer les efforts d’éradication, offrant un recours et un accès à la justice et garantissant l’allocation de financements adéquats. Sur les onze pays cibles, seuls sept ont criminalisé les MGF dans leurs législations nationales et ont donc alloué des budgets aux programmes de lutte contre les MGF. Ce sont : le Burkina Faso, l’Éthiopie, la Guinée, le Kenya, le Sénégal, la Tanzanie et l’Ouganda. 

Tous les pays cibles ont identifié chacune des instances clés responsables de la VBG et des MGF, et ont nommé des points focaux genre pour participer aux mécanismes nationaux de coordination qui sont constitués pour rassembler les acteurs étatiques et non étatiques. Cependant, ces points focaux genre n’ont pas reçu de renforcement des capacités pour leur permettre d’assumer efficacement leurs rôles, et les mécanismes de coordination n’ont pas rempli leurs mandats en raison de fonds insuffisants, d’un manque de leadership et d’engagements forts et d’un suivi faible.

Asenath Mwithigah, responsable mondiale du programme « Mettre Fin aux Pratiques Néfastes » d’Equality Now, a déclaré que de nombreux pays africains ont fait des efforts pour renforcer leurs législations en intégrant des dispositions spécifiques interdisant la violence sexiste et les mutilations génitales féminines. Cependant, les pays où les taux de prévalence des MGF sont particulièrement élevés, tels que le Libéria, le Mali, la Sierra Leone et la Somalie, n’ont toujours pas promulgué de lois spécifiques interdisant cette pratique néfaste. « Si nous pouvons avoir l’engagement politique nécessaire pour garantir que les structures de lutte contre les VBG se reflètent dans les lois, les politiques, les budgets et les plans de développement nationaux, alors nous pourrons véritablement éliminer les MGF », a-t-elle déclaré.

Mireille Tushiminina, coordonnatrice du programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des mutilations génitales féminines a félicité l’engagement des sept pays dotés d’une législation nationale sur les MGF. Elle a toutefois ajouté qu’il était nécessaire de donner vie à ces législations en insufflant des données représentatives au niveau national sur les MGF, en créant un organe national de coordination des programmes sur les MGF et en intégrant un système d’examen annuel de la mise en œuvre des programmes visant à mettre fin aux MGF. 

« Il existe de nombreux défis liés à la coordination et ceux-ci concernent principalement la fonctionnalité. De même, le manque de systèmes centralisés de gestion de l’information est un défi qui ne facilite pas la disponibilité d’un ensemble complet de données dans la plupart des pays étudiés. La nécessité d’une volonté et d’un engagement politiques forts en tant que moteurs clés de l’utilisation efficace de l’approche multisectorielle (AMS) pour mettre fin aux VBG et aux MGF ne peut donc pas être surestimée », a déclaré Mme Tushiminina.

Notes de l’éditeur:

Pour les demandes des médias, veuillez contacter l’une des personnes suivantes:

  • Fahmia Al-Fotih, Spécialiste de la Communication et de la Gestion des Connaissances, Programme MGF du FNUAP – E: al-fotih@unfpa.org; M: +251 96 306 1771
  • Millicent Kwambai, Assistante Communication, Equality Now – E: mkwambai@equalitynow.org; M: +2547706142804
  • Tara Carey, Responsable des Médias, Equality Now – E: tcarey@equalitynow.org; M: +447971556340 
À PROPOS DE L’APPROCHE MULTISECTORIELLE

L’AMS est une stratégie cruciale pour accélérer la réalisation des engagements à défendre et à faire progresser les droits des femmes et des filles en impliquant toutes les parties prenantes concernées par une question particulière, telle que la fin des MGF. Elle s’appuie sur le fait que la promotion et la protection des droits en vertu du droit national et international ne peuvent être déléguées uniquement aux mécanismes nationaux chargés de faire progresser les droits des femmes. Pour un changement percutant et pour éliminer les VBG/MGF, une approche holistique doit être appliquée, allant de l’adoption d’une législation à l’utilisation de l’AMS à tous les niveaux, avec les parties prenantes concernées incluses dans la planification et la mise en œuvre des programmes.

À PROPOS DE EQUALITY NOW

Equality Now est une organisation internationale non gouvernementale de défense des droits de l’homme qui œuvre pour protéger et promouvoir les droits des femmes et des filles dans le monde en combinant l’activisme de base avec le plaidoyer juridique international, régional et national. Notre réseau international d’avocats, d’activistes et de sympathisants parvient à un changement juridique et systémique en tenant les gouvernements responsables de la promulgation et de l’application de lois et de politiques qui mettent fin à l’inégalité juridique, au trafic sexuel, à l’exploitation sexuelle en ligne, à la violence sexuelle et aux pratiques néfastes telles que les mutilations génitales féminines et le mariage des enfants.

À PROPOS DU FNUAP

Le FNUAP est l’agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et reproductive. Notre mission est de créer un monde où chaque grossesse est désirée, chaque accouchement est sûr et le potentiel de chaque jeune est réalisé.

À PROPOS DE L’INITIATIVE SPOTLIGHT

Il s’agit d’un partenariat mondial pluriannuel entre l’Union Européenne et les Nations Unies pour éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles. S’appuyant sur l’AMS, il couvre directement 10 des 11 pays africains cibles de cette analyse (pas la Tanzanie) et s’engage avec l’Union africaine ainsi que les communautés économiques régionales (CER) pour des actions régionales.

INFORMATIONS CLES
  • À l’échelle mondiale, une femme sur trois est victime de violence conjugale ou de violence sexuelle non conjugale au cours de sa vie (OMS).
  • En ce qui concerne les pratiques néfastes, les données récentes de l’UNFPA (2018) estiment que, dans le monde, environ 68 millions de filles seront à risque de MGF d’ici 2030, si les niveaux d’intervention actuels restent en place. Cela comprend 50 millions de filles à risque en Afrique.
  •  L’Afrique est l’un des continents avec les taux les plus élevés de VBG, y compris les MGF. Ces taux sont maintenus par la persistance de normes de genre néfastes. Les femmes et les filles vivant avec un handicap et dans des situations de conflit, de terrorisme et de catastrophes naturelles sont exposées à un risque accru de violence. Une protection adéquate n’est pas toujours disponible.
  • Les pays africains, et en particulier les onze pays mentionnés dans notre rapport MSA, disposent de ressources limitées pour lutter contre les VBG et les MGF. Les gouvernements respectifs sont donc encouragés à établir des partenariats avec des partenaires bilatéraux et multilatéraux, des ONG nationales et internationales, des organisations confessionnelles, le secteur privé et les médias pour lutter contre ces violations.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 5 =