Grafed Ong rallie les médias au plaidoyer budgétaire en faveur de la planification familiale au Bénin

Au cours d’une rencontre d’échanges organisée mercredi, le Groupe de recherche, d’action et de formation en épidémiologie et en développement (Grafed Ong) a partagé avec les hommes des médias le contexte actuel de la promotion de la planification familiale au Bénin et les nouveaux engagements du pays pour relever son taux de prévalence contraceptive resté jusque là inférieur à 20%.

Une vue des participants à la séance avec le Grafed Ong.

L’objectif de la rencontre est d’impliquer les hommes des médias dans le mouvement pour le plaidoyer budgétaire en faveur de la planification familiale au Bénin. Jérôme Chatigre qui dirige le Grafed Ong veut compter les journalistes au côté des organisations de la société civile engagées pour la promotion de la planification familiale.

Au Bénin, le taux de prévalence contraceptive est de 12,4 % selon l’Enquête démographique de santé (EDS 2017). Bien que ce chiffre remonte à cinq ans, les sources officielles s’accordent sur une prévalence qui tourne actuellement autour de 17%.

Pour rappel, l’un des quatre engagements pris par le Bénin en 2017 à Londres est de « faire passer le taux de prévalence contraceptive de 17% en 2017 à 22% en 2020 (de 5,4% à 10% pour les adolescents et jeunes de 15 à 24 ans) ». En2022, le taux de prévalence contraceptiveest en dessous des 22 % projetés pour l’année 2020.

Evolution de la prévalence contraceptive au Bénin. Source : Dr. Gaston Ahounou

Le gouvernement du Bénin dans sa volonté d’améliorer l’accès aux services de planification familiale a pris de nouveaux engagements en décembre 2021. Ces nouveaux engagements serviront de boussole pour toutes les actions qui seront entreprises dans les années à venir pour accroitre le taux de prévalence contraceptive.

Les nouveaux engagements 2021-2024 du Bénin pour accélérer la prévalence contraceptive

Voici les quatre nouveaux engagements du Bénin pour la promotion de la planification familiale pris en 2021 

Engagement 1 : A partir de 2022 et sur la base des 250 millions de francs CFA affectés en 2019, augmenter de 10 % chaque année le budget alloué par le gouvernement à l’achat des produits contraceptifs pour porter la part contributive de l’Etat à 403 millions en 2026.

Engagement 2 : Assurer la gratuité de la planification familiale à toutes les filles et femmes en âge de procréer d’ici à fin décembre 2022.

Engagement 3 : Accroître la prévalence contraceptive, à travers l’amélioration de l’accès et de l’offre des services adaptés de 11,7 % en 2017 à 20 % en 2026. Plus spécifiquement, de 5,6 % en 2018 à 10 % en 2026 chez les femmes de 15-19 ans et de 12,4 % en 2018 à 20 % en 2026 chez les femmes de 20-24 ans.

Engagement 4 : Réduire le taux de rupture de stock de 78% en 2019 à 35% en 2026 à travers l’amélioration de la disponibilité des produits contraceptifs jusqu’au dernier kilomètre.

Dans la pratique, une chose est de prendre les engagements, l’autre est de les concrétiser. Grafed Ong de son côté a un œil regardant sur le premier engagement sur le financement de l’achat des produits contraceptifs. C’est pourquoi le directeur exécutif Jérôme Chatigre pense qu’il faut maintenir la veille et le plaidoyer budgétaire afin que cet engagement pris par le gouvernement soit réalisé. Pour y arriver, aucune force influente ne serait de trop y compris les médias pour suivre les actions du gouvernement en faveur de la planification familiale.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 19 =