Enquête AGVSAN-SA – 210 enquêteurs outillés pour la phase de collecte

L’enquête pour la réalisation de la prochaine génération de l’Analyse globale de la vulnérabilité et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle – Système alimentaire (AGVSAN-SA) entamera bientôt sa phase opérationnelle. 210 agents enquêteurs sont outillés pour la collecte des données sur le terrain.

Séance de formation avec les agents enquêteurs. Photo: Jonas H.

Pendant 14 jours, les 210 agents enquêteurs engagés dans le cadre de l’enquête d’Analyse globale de la vulnérabilité et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle – Système alimentaire au Bénin (AGVSAN-SA 2021) ont suivi une formation de renforcement de capacité à Abomey-Calavi. L’idée est d’avoir sur le terrain pendant la phase opérationnelle de collecte des données statistiques, des agents suffisamment aguerris capables de recueillir des informations fiables. « Ils ont été formés pour cela tant sur le plan technique que sur le plan comportemental. Comment est-ce qu’il faut aborder les ménages pour avoir les informations nécessaires sur la consommation alimentaire et également sur les stratégies d’adaptation que les ménages ont lorsqu’il y a des chocs » justifie Wilfried Chigblo, chargé de suivi évaluation et analyse de la sécurité alimentaire au Programme alimentaire mondial.

L’enquête qui se prépare aboutira à un rapport qui montrera le visage de la situation de la vulnérabilité et de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Bénin. La dernière génération de cette Analyse globale de la vulnérabilité, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et système alimentaire au Bénin remonte à 2017. L’édition 2021 de l’AGVSAN-SA officiellement lancée en août dernier vise à renouveler les données afin de permettre aux partenaires intervenant sur les questions de sécurité alimentaire de disposer de ressources statistiques actualisées. Wilfried Chigblo du Programme alimentaire mondial indique qu’il s’agit d’une analyse « qui sera utile non seulement au gouvernement mais aussi aux institutions de prendre des décisions pour recadrer un peu leurs stratégies sur le terrain ».

Au cours de la formation des agents enquêteurs, les accents sont mis à plusieurs niveaux parce qu’il s’agit d’une enquête à deux volets. Le premier volet de l’enquête concerne les ménages et le second volet est relatif à la nutrition pour évaluer le degré de la malnutrition à travers les enfants de moins de 5ans. « Et pour ce faire nous avons besoin de prendre des données anthropométriques de ces enfants. C’est à dire leurs tailles, leurs âges, leurs poids et on profite pour diagnostiquer si l’enfant a des œdèmes bilatéraux. Donc au cours de la formation l’accent est mis sur les procédures à respecter pour la bonne prise de ces mesures » explique Mouchitaba Lawani Lawani. Ingénieur statisticien et économiste, il est en charge du volet nutrition à l’Institut national de la statistique et de la démographie.

Exercice de prise de mesure d’un enfant par les agents. Photo: Jonas H.

Sur ce volet « Nutrition » qui concerne les enfants de moins de cinq ans, l’enquête  a pour but de connaître l’état nutritionnel des enfants. « En appui avec la sécurité alimentaire nous aurons à mieux apporter nos interventions pour réduire toutes formes de malnutrition dans notre pays. Comme vous le savez le Pam intervient de manière spécifique sur l’ODD 2 qui est relatif à la Faim Zéro et l’élimination de toutes  les formes de malnutrition » soutient Yollande Agueh en charge des questions de nutrition au Programme alimentaire mondial.

Pour cette édition, des données seront collectées auprès de 26,000 ménages. A la fin, il s’agira de cartographier la situation de vulnérabilité et d’insécurité alimentaire et nutritionnelle d’une population donnée d’une part, et d’analyser les dynamiques relationnelles entre les systèmes alimentaires à travers ses différentes composantes d’autre part.  L’AGVSAN-SA 2021 est une enquête d’envergure nationale recommandée par le gouvernement béninois avec l’appui des Nations-Unies à travers le Programme alimentaire mondial engagé sur les questions liées au bien-être des populations vulnérables et la sécurité alimentaire. La réalisation est financée par le Royaume des Pays-Bas pour un coût 615,000 dollars.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 + 9 =