Le ministre Karimou Salimane constate les innovations qu’apporte le Pam au programme des cantines scolaires au Bénin

Le ministre des enseignements maternel et primaire Karimou Salimane est allé constater jeudi certaines innovations qu’apporte le Programme alimentaire mondial (Pam) dans la mise en œuvre du programme des cantines scolaire. Il a découvert quelques initiatives au cours d’une visite conjointe Memp-Pam conduite par le Représentant Résident Guy Adoua dans deux écoles de la commune d’Athiémé.

Les enfants à l’heure du repas à l’Epp Sazuékpa (Athiémé) le 15 octobre 2020. Photo: Jonas H.

La première école visitée dans la commune d’Athiémé est l’Ecole primaire publique Agontimè. Située dans l’arrondissement de Kpinnou (tout comme l’Epp Sazuékpa), cette école de 242 écoliers dont 116 filles fait une expérience innovante dans le cadre du programme des cantines scolaires. Elle est l’une des 20 écoles bénéficiaires des fruits d’un partenariat né entre le Programme alimentaire mondial (Pam) et Choithrams, une organisation qui soutient l’initiative des cantines scolaires au Bénin.

Pour la période 2019-2021, Choithrams compte injecter 750,000 $ pour soutenir le fonctionnement des cantines scolaires dans 20 écoles des départements de l’Atacora, du Mono et de l’Ouémé. L’Ecole primaire publique Agontimè dans la commune d’Athiémé (Mono) est impactée par ce partenariat avec diverses initiatives innovantes. C’est ce que le ministre des enseignements maternel et primaire (Memp) Karimou Salimane a constaté sur place lors de sa visite avec le Représentant Résident du Pam, Guy Adoua.

Le Ministre Karimou Salimane et le Représentant Résident du PAM Guy Adoua visitent le moulin de l’Epp Agontimè (Athiémé). Photo: Jonas H.

A l’Epp Agontimè tout comme à l’Epp Sazuékpa, le partenariat Pam-Choithrams apporte

  • Un réfectoire où les enfants prennent  leurs repas à midi
  • Une cuisine moderne
  • Un jardin avec les équipements pour cultiver des légumes nécessaires à la cantine
  • Un forage (dans les écoles ayant des besoins d’accès à l’eau potable comme Epp Sazuékpa)
  • Un moulin pour moudre le maïs de la cantine scolaire et servir la communauté
  • Un appui aux groupements des femmes pour booster leurs activités génératrices de revenus (exemple du groupement Venez Voir à Agontimè)

Le ministre des enseignements maternel et primaire Karimou Salimane trouve « formidable » les infrastructures réalisées pour les écoles grâce au partenariat Pam-Choithrams. « Ce que j’ai vu aujourd’hui, c’est quelque chose de formidable et d’intéressant » a confié le ministre Karimou Salimane indiquant qu’ « …on est en train d’aborder de façon sérieuse le volet intégration du Programme national de l’alimentation scolaire » après sa visite du jardin scolaire de l’Epp Agontimè.

En effet, au-delà de l’impact direct sur les enfants, les initiatives créées autour des cantines scolaires ont aussi un impact sur les communautés. « J’ai vu un meunier qui a été recruté, c’est déjà un emploi qui est créé. Nous avons vu des femmes qui vont travailler dans le jardin. C’est déjà des emplois parce qu’elles vont être payées également pour ce qu’elles font même si ça profite aux cantines scolaires » a remarqué le ministre Karimou Salimane.

L’expérience pour le moment pilote selon les explications du Représentant Résident du Pam Guy Adoua devrait permettre de « voir jusqu’à quel niveau elles peuvent nous permettre d’avoir quelque chose d’assez conséquent. C’est fort des résultats que nous allons obtenir ici que nous allons essayer d’amener cela dans d’autres écoles » a partagé Guy Adoua.

Visite dans le jardin scolaire de l’Epp Agontimè. Photo: Jonas H.

Le vœu du ministre Salimane est de voir des initiatives du genre se multiplier pour s’étendre à d’autres écoles à cantines. Tout en invitant les parents d’élèves à entretenir les infrastructures avec rigueur, il a exprimé sa satisfaction du partenariat entre le gouvernement et le Programme alimentaire mondial. « En termes de partenariat gagnant-gagnant, c’est une excellente expérience nous sommes en train de faire » a confié Karimou Salimane.

Ils ont dit…

Guy Adoua, Représentant Résident du PAM au Bénin

Ce que nous sommes en train de faire ici, c’est quelque chose de pilote. Nous voulons expérimenter certaines initiatives et voir jusqu’à quel niveau elles peuvent nous permettre d’avoir quelque chose d’assez conséquent. C’est fort des résultats que nous allons obtenir ici, que nous allons essayer d’amener cela dans d’autres écoles. En visitant ce jardin, en regardant aussi ce qui se fait au niveau du moulin, du réfectoire, il y a beaucoup de choses que nous apprenons. Surtout le rôle et l’implication des communautés.

Karimou Salimane, Ministre des enseignements maternel et primaire

En termes de partenariat gagnant-gagnant, c’est une excellente expérience nous sommes en train de faire. Aujourd’hui nous avons l’occasion de réceptionner un réfectoire pour les enfants. Ce qui va permettre désormais aux enfants à l’heure du déjeuner de ne plus manger dans leurs salles de classe mais de se mettre dans des conditions favorables à l’alimentation. Deuxième chose à effet positif que j’ai constatée, c’est qu’il y a également un moulin à maïs  qui tout en servant l’école est déjà à la disposition de la communauté. Le troisième élément, c’est ce jardin qui est mis en place et qui sert à la fois l’école et la communauté. On est en train d’aborder de façon sérieuse le volet intégration du Programme national de l’alimentation scolaire.

Houéssou Tété Ignace, Directeur de l’Epp Agontimè

Désormais, les enfants viennent à l’Epp Agontimè parce qu’ils sont sûr de manger à l’école.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 6 =