Bénin : Les cantines scolaires rythment la vie de l’école et épanouissent les enfants…

Depuis le 10 août, les cours ont repris dans les écoles primaires publiques pour les enfants des classes intermédiaires (CI-CM1). Ceci après plusieurs semaines passées à la maison suite aux mesures du gouvernement pour lutter contre la propagation du Corona virus. Les semaines à la maison ont rompu les amours entre écoliers et cantines scolaires. A la reprise, c’est tout content que les enfants retrouvent l’ambiance habituelle des repas offerts à midi.

Cuisson de repas dans une école dans le cadre des activités de cantine scolaire au Bénin
Des marmites au feu à la cuisine de l’Epp Tanzoun Bliguédé le 21 août 2020. Photo : Bismarck Sossa.

Lorsque nous rencontrions Adèle Mèvowanou à l’Ecole primaire publique Tanzoun Bliguédé (commune d’Avrankou), elle était à la cuisine. La cuisine de son école évidemment ! C’était la récréation et une matinée de vendredi après la reprise des classes du 10 août. Pendant que la cours de l’école s’animait avec des écoliers qui couraient à gauche à droite, la jeune fille en classe de CM1 (Cours moyen 1) participait avec son groupe d’amis aux activités de préparation du menu du jour. Et quel menu ? Du adovlô ! Une sorte de plat local à base de haricot blanc très prisé dans la région de l’Ouémé.

Deux grosses marmites bouillonnaient pour la cuisson. Adèle et ses camarades aidaient à attiser le feu pendant que les mamans commises à la cuisine s’occupaient à d’autres tâches. Ces enfants apportaient leurs participations à la préparation du repas commun qui sera offert à tous les écoliers à midi. Ainsi fonctionne la cantine scolaire qui chaque jour doit offrir un repas chaud à chaque enfant après les cours de la matinée.

Depuis trois ans, un enfant sur deux dans les écoles primaires publiques au Bénin à l’opportunité de prendre un repas chaud à l’école. C’est le cœur du Programme national de l’alimentation scolaire intégré initié par le gouvernement et mis en œuvre par le Programme alimentaire mondial (Pam) qui s’assure que chaque jour ouvrable, l’enfant bénéficiaire de ce programme puisse avoir son repas à midi.

Activités des cantines scolaires dans une école à Avrankou
Deux mamans cuisinières tournent la pâte de maïs à l’Epp Adjati le 21 août 2020. Photo: Bismarck Sossa.

Adèle Mèvowanou est l’une de ces enfants pour qui manger à l’école est une réalité. Une réalité avec laquelle elle renoue après l’arrêt des activités pédagogiques décidé par le gouvernement pour faire face au Covid-19. « La cantine me fait du bien » confie la jeune fille avec sourire. « On me donne les repas de la cantine à midi et je vais bien. Mes parents sont contents avec la cantine » témoigne Adéle qui partage la même appréciation que son camarade Prosper Gangnissodé, un jeune garçon en classe de CM1. « Je suis content de manger à la cantine ! Je mange du riz, le haricot,  la pâte et de la sauce, de l’akassa et je suis bien content… » témoigne Prosper qui liste au passage une série de mets qui rendent ses journées à l’école sans faim.

Les enfants de l’Epp Tanzoun Bliguédé à Avrankou n’ont pas le monopole du bonheur des repas scolaires. A l’Epp Sèkanmin Drogbo tout comme l’Epp Adjina dans la commune d’Adjarra, les repas offerts à midi font aussi des heureux.

A l’Ecole primaire publique d’Adjina dans la commune d’Adjarra, Aminath Mounirou à sa petite appréciation des repas de la cantine scolaire de son école. « Je suis contente de ce qu’on nous prépare » confie la jeune fille épaulée par son camarade Julien Hounsou en classe de CM1 qui ajoute « Si on nous prépare…on mange bien et je suis très content ».

Cantines scolaires : Témoignages des enfants de Avrankou à Adjarra [Vidéo]

Les cantines fonctionnent…

Dans les écoles à cantines scolaires sillonnées à Avrankou comme à Adjarra, les cuisines ne sont pas au calme et les responsables s’assurent que les enfants mangent. Il faut remarquer toutefois que pendant le confinement, les activités dans les cantines n’ont pas cessé car les candidats en classe de CM2 bénéficiaient toujours de leurs repas. La différence avec la reprise des classes du 10 août réside dans l’effectif des écoliers ayant repris le chemin des classes après plusieurs semaines de pause.

Micheline Oussou Bankolé, la Directrice de l’Epp Tanzoun Bliguédé (Avrankou)

Les responsables des écoles assurent que l’ambiance des cantines scolaires est de retour pour le bonheur des enfants. « Chez nous les cantines ont bien repris depuis le 10 août. Nous nous sommes attelés à la tâche et les enfants mangent normalement comme avant » confie Micheline Oussou Bankolé, la directrice de l’Epp Tanzoun Bliguédé. La bonne gestion des vivres pendant le confinement a favorisé une reprise normale des activités de la cantine sans difficulté. « Pendant le confinement, nous avons séché et vanné nos vivres. Ce qui fait que nous n’avons pas eu un nombre assez important de vivres avariés. C’est ce qui nous a permis de reprendre avec la cantine dès la rentrée » argumente Micheline Oussou.

Ailleurs, comme à l’Epp d’Adjina à Adjarra, la vie de la cantine a repris normalement. « Nous on prépare normalement, les enfants mangent et ils sont contents aussi. Je pense que les repas leur apportent un plus » a dit le directeur Tchango Eïtayo.

Les cantines scolaires offre l'opportunité d'un repas aux enfants à l'école
Les enfants de la classe de CI de l’Epp Drogbo (Adjarra) pendant le repas le 21 août 2020. Photo : Bismarck Sossa

Le constat est le même à l’Epp Sèkanmin Drogbo dirigé par Appolinaire Hougbé où nous avons pu rencontrer ces petits enfants de la classe de CI (Cours d’initiation) à l’heure du repas. (Photo ci-dessus)

…mais la participation communautaire flotte

Le fonctionnement normal des cantines scolaires ne dépendent pas que des vivres déjà garantis par le Programme alimentaire mondial (Pam). La vie des cantines scolaires dépendent aussi de l’appropriation qu’en font les communautés dont les enfants sont bénéficiaires.

Tchango Eitayo, le Directeur de l’Epp Adjinan (Adjarra)

De l’Epp Tanzoun Bliguédé à l’Epp Adjinan en passant par l’Epp Drogbo, les directeurs d’écoles appellent à une meilleure participation des parents d’élèves dans la vie des cantines scolaires. « Je vais demander aux parents que nous attendons leurs participations » lance le directeur Tchango Eïtayo (Epp Adjinan, Adjarra). Sa collègue de l’Epp Tanzoun Bliguédé Micheline Oussou reste un peu déçue. « Les parents d’élèves ne nous assistent pas…nous sommes livré à nous même. C’est difficilement que nous récupérons la participation de 25 F des élèves… » se désole la directrice qui espère une meilleure relation entre la cantine de l’école et la communauté des parents d’élèves de Tanzoun.

« La communauté ne nous aide pas en tant que tel ! Leurs participations s’arrêtent seulement au niveau des 25 F qu’ils donnent  aux enfants pour que nous puissions préparer à près de 250 élèves » raconte le directeur de l’Epp d’Adjina, Tchango Eïtayo. « …même si c’est des condiments qu’ils nous apportent, du bois, du poisson ou même de la viande…cela va contribuer à la bonne marche de la cantine. Qu’ils viennent de temps en temps demander ce qu’ils peuvent faire puisque des fois on est obligé de sécher le maïs, les sacs de riz…si les parents peuvent toutefois nous aider à faire ces petites taches, ça va nous ragaillardir » argumente Tchango Eïtayo.  

Les communautés bénéficiaires des cantines scolaires ont un rôle important à jouer dans la pérennisation du programme des cantines scolaires. Elles doivent intégrer l’avenir des cantines dans leurs relations avec l’école. S’approprier le programme, soutenir et participer à l’initiative pour sa pérennisation. Après Adèle, Prosper, Aminath ou Julien… d’autres générations d’enfants devraient pouvoir jouir des mêmes opportunités.

C’est d’ailleurs pourquoi le Représentant Résident du Programme alimentaire mondial au Bénin Guy Adoua  travaille à engager les élus locaux car ils ont l’influence pour susciter une réelle participation des communautés autour du programme des cantines scolaires à la base.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 9 septembre 2020

    […] au Bénin, les écoliers d’Agontimè  mangent un repas chaud chaque jour d’école grâce au programme des cantines scolaires en cours dans le pays depuis 2017.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 27 =