Le Roajelf-Bénin outille les jeunes filles sur les questions de santé sexuelle et reproductive à Cotonou

En respect à son engagement au côté de la jeune fille et de la femme pour son autonomisation, le Réseau ouest africain des jeunes femmes leaders du Bénin (Roajelf-Bénin) présidé par  Mariette Montcho a lancé mercredi un atelier de formation pour renforcer les capacités des jeunes filles sur les questions de santé sexuelle et reproductive. Une activité appuyée par le Fonds des Nations-Unis pour la population (UNFPA) au Bénin.

Les jeunes filles participantes à la formation au cours des travaux. Photo: Moise Nonvignon

 « Pour avoir des filles vraiment autonomes qui ont leurs mots à dire dans la société, il faut leur permettre de terminer leur cursus scolaire et cela passe par la maîtrise des questions liées à la sexualité ». Cette évidence est ce qui a motivé la conception et la mise en œuvre du projet d’amélioration de la santé de la reproduction et les chances de vie des jeunes gens par la présidente du Roajelf-Bénin Mariette Montcho et son équipe. Pour ce projet décliné en atelier de renforcement de capacités, « les jeunes filles bénéficiaires du programme ont cinq jours pour apprendre, interagir et assimiler les notions élémentaires des modules développés par les  encadreurs », a expliqué la présidente.

Les jeunes filles  qui participent à ce programme servent  immédiatement sur le terrain au côté de leurs pairs pour promouvoir l’application « Ma vie, mon choix ». Cette application permet aux jeunes d’avoir toutes les réponses à leurs préoccupations liées à la sexualité. Plusieurs autres thématiques à savoir : la question du genre, le marketing social et la communication sont intégrées à cette application.

D’ores et déjà,  les bénéficiaires  de cette formation se disent très satisfaites des nouvelles notions qui s’ajoutent à leurs connaissances antérieures. Aurélie Klélé, une des participantes, se dit désormais apte à partager tous ses acquis en santé sexuelle et reproductive avec d’autres jeunes de sa génération. Elle déclare également que c’est « une opportunité de plus pour non seulement renforcer ses propres capacités, mais pour savoir se mettre au service des autres« . Propos entièrement partagés par  Mariamar Conon, qui souhaite disposer de l’occasion pour  avoir les outils adéquats en matière de stratégies pour mieux convaincre les filles.

Présent au cours de la deuxième journée de formation, Brice Ahéko,  psychologue clinicien en charge de la formation sur les techniques de « brises glaces thématiques », se dit satisfait de l’implication des auditrices : « le besoin est réel puisque les filles affichent de l’intérêt pour ce que nous disons », souligne-t-il avant de poursuivre, « la technique utilisée est de partir des jeux pour faire passer des messages très importants ».

L’objectif principal pour le Roajelf-Bénin est de guider les jeunes filles, les aider à éviter les grossesses non désirées et surtout les infections sexuellement transmissibles qui entravent à coup sûr l’émancipation de la fille et de la femme. La formation  prend fin le 24 novembre prochain.

Moïse Nonvignon (Collaborateur)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =