Le Royaume des Pays-Bas injecte près de 6,5 milliards de FCFA dans les cantines scolaires au Bénin

En plus de gérer pour le compte du gouvernement béninois le Programme national de l’alimentation scolaire intégré (Pnasi), l’expertise du Pam est sollicitée pour conduire un projet d’alimentation scolaire intégré financé par les Pays-Bas pour impacter des communautés particulièrement vulnérables du Bénin. La signature de l’accord de partenariat entre les deux parties est intervenue lundi au cours d’une cérémonie à l’Ecole primaire publique de Tanwé-Ouassa (Zogbodomey).

Une photo de famille des autorités lors de la signature de l’accord de partenariat le 24 juin 2019 à Zogbodomey. Photo: Ferry Sossa

Près de 6,5 milliards de francs CFA pour impacter 294 écoles primaires publiques au Bénin, 67945 écoliers et 2275 petits producteurs du secteur de l’agriculture et de la transformation agro-alimentaire. C’est la contribution qu’apporte le Royaume des Pays-Bas pour soutenir les efforts en cours au Bénin dans le domaine de l’alimentation scolaire. Et il revient au Programme alimentaire mondial de conduire ce projet auprès des communautés particulièrement vulnérables de sept communes de cinq départements (Atacora, Borgou, Couffo, Plateau, Zou).

A travers ce projet, « les Pays-Bas veulent promouvoir la nutrition, l’agriculture et la sécurité alimentaire car la malnutrition et l’insécurité alimentaire affectent à peu près un million de personnes au Bénin » a déclaré lundi Harry Van Dijk, l’ambassadeur du Royaume des Pays-Bas près le Bénin. Il s’agira, selon l’accord de partenariat qui court jusqu’en décembre 2023 « de fournir un accès à des aliments sains et nutritifs aux enfants en utilisant l’alimentation scolaire comme point d’entrée pour promouvoir l’éducation, la nutrition et la santé » a confié Harry Van Dijk.

Moment de signature de l’accord entre l’Ambassadeur des Pays-Bas Harry Van Dijk et Guy Adoua, le Représentant du PAM au Bénin. Photo: Ferry Sossa

Mieux, le projet dans son approche intégrée va impacter les petits producteurs locaux intervenant dans le secteur de l’agriculture et de la transformation agroalimentaire. Selon Siaka Coulibaly, le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Bénin, »…cet appui financier permettra également de renforcer l’accès au marché et les capacités de plus de 2000 petits producteurs et acteurs locaux de la transformation agroalimentaire afin de satisfaire aux demandes en vivres de 70 cantines scolaires ». Cela contribuera à promouvoir et à stimuler la production locale autour des écoles en dehors de l’objectif principal qu’est de nourrir les enfants en leur apportant chaque jour de classe, un repas nutritif.

Siaka Coulibaly, le Coordonnateur du SNU au Bénin pose avec les enfants pendant le repas. Photo: Ferry Sossa

A voir de près, l’appui des Pays-Bas consolide le Programme national de l’alimentation scolaire intégré (Pnasi) en œuvre depuis 2017.

Cet apport du royaume des Pays-Bas permettra de renforcer et de consolider les acquis du Programme national de l’alimentation scolaire intégré (Pnasi) en vue d’assurer une éducation inclusive et de qualité notamment aux enfants défavorisés. Il permettra dans son approche intégrée de contribuer à la réduction de la pauvreté, au renforcement de l’économie locale et à l’engagement de nos communautés.


Siaka Coulibaly, Coordonnateur résident du SNU au Bénin.
Le Ministre des enseignements maternel et primaire Karimou Salimane pose avec deux filles à l’heure du repas (Epp Tanwé-Ouassa). Photo: Ferry Sossa

En juillet 2018, le gouvernement avait organisé une table ronde pour la mobilisation des partenaires autour du Pnasi. Avec l’appui de 6,5 milliards des Pays-Bas, le ministre des enseignements maternel et primaire Karimou Salimane confirme que l’accord signé entre les Pays-Bas et le Pam « vient concrétiser les engagements des partenaires techniques et financiers et renforce la coopération entre le Royaume des Pays-Bas dans la mesure où cet appui qui est fait au Pam va dans le sens des objectifs du programme d’action du gouvernement en matière d’alimentation scolaire ».

L’Amabassadeur Harry Van Dijk à table avec les enfants. En profil, Siaka Coulibaly, le Coordonnateur du SNU. Photo: Ferry Sossa

Siaka Coulibaly pense que « c’est la volonté des deux parties d’accompagner le gouvernement du Bénin sur le programme de l’alimentation scolaire et sur les objectifs de développement durable, notamment l’ODD 4 portant sur l’éducation et aussi l’ODD 2 sur la lutte contre la faim ».

Mais au-delà, les interventions dans le cadre des programmes d’alimentation scolaire impactent directement et indirectement sur plusieurs objectifs de développement durable (Faim Zéro, Education de qualité, Pauvreté, Egalité entre les sexes, Bien être, Partenariat…)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 × 6 =