Audience Pam – Unicef – Ambassade des Pays-Bas avec le Préfet du Borgou | Consolider les acquis et créer des synergies autour des actions de développement

Le Préfet du département du Borgou (Nord Bénin) Djibril Mama Cissé a reçu lundi soir à Parakou une délégation tripartite Pam – Unicef – Ambassade du Royaume des Pays-Bas. Cette délégation est composée du Représentant Résident du Programme alimentaire mondial (Pam) au Bénin Guy Adoua, de la nouvelle Représentante résidente de l’Unicef au Bénin Djanabou Mahondé et To Tjoelker-Kleve, l’ambassadrice du Royaume des Pays-Bas près le Bénin.

Une vue d’ensemble de la délégation avec le Préfet à la fin de l’audience. Photo: Jonas H.

La rencontre avec l’autorité préfectorale est en prélude à une série de contacts du Représentant Résident du Programme alimentaire mondial Guy Mesmin Adoua dans les départements du Borgou, de l’Alibori et du Zou. Il effectue ce mardi une visite à l’Ecole primaire publique de Kongou dans la commune de Kandi (Alibori) en compagnie de la nouvelle Représentante Résidente de l’Unicef au Bénin, l’ambassadrice du Royaume des Pays-Bas près le Bénin et des cadres du gouvernement.

La visite de courtoisie effectuée à la préfecture de Parakou démontre la complémentarité existante entre chaque institution sur les actions de développement qu’elles opèrent dans le département du Borgou. Elle a permis « de passer en revue, toutes les activités, tout l’accompagnement de ces institutions pour le département du Borgou » a confié le Préfet Djibril Mama Cissé.

Avec le Programme alimentaire mondial (Pam), « il s’agit de la promotion du programme des cantines scolaires », un programme phare d’investissement dans le capital humain du gouvernement du Bénin placé sous l’expertise du Pam. Dans le département du Borgou, le programme des cantines scolaires favorise de plus en plus le maintien des enfants à l’école et l’amélioration des performances scolaires.

Il y a quelques années de cela, les résultats scolaires à la fin de l’année n’étaient pas aussi reluisants. Pratiquement le département tenait la lanterne rouge mais je pense avec la promotion des cantines scolaires qui ont un double objectif d’abord, maintenir les enfants à l’école et par la même occasion améliorer le rendement scolaire, nous avons donc pu assister depuis quelques temps à une amélioration du rendement scolaire à la fin de l’année.


Djibril Mama Cissé, Préfet du Borgou.

De façon directe, le programme des cantines scolaires, c’est de voir les enfants en train de manger un repas chaud chaque jour d’école car le gouvernement du Bénin et ses partenaires ont décidé d’apporter une réponse à la question de la faim dans les écoles primaires publiques. A ce jour, un enfant sur deux dans le cursus primaire bénéficie d’un repas chaud chaque jour d’école assuré par le Pam. Mais au-delà, plus de quatre ans après, les priorités autour du programme des cantines scolaires est de :

  • Renforcer la participation et l’appropriation des communautés autour du programme des cantines scolaires pour sa pérennisation
  • Renforcer les capacités des petits producteurs pour stimuler l’agriculture locale
De gauche à droite, Djibril Mama Cissé (Préfet du Borgou) et Guy Adoua (Représentant Résident du Pam au Bénin). Photo: Jonas H.

Chaque année, c’est plus de 20,000 tonnes de vivres engagés dans le programme des cantines scolaires. « Si on donne une part importante aux petits producteurs, c’est un moyen de renforcer leurs capacités mais aussi de changer leurs conditions de vie » soutient Guy Adoua, le Représentant Résident du Pam pour montrer l’approche intégrée du programme sur laquelle l’agence travaille de plus en plus. « Le programme des cantines scolaires ne peut être durable que si les parents, les communautés, les principaux bénéficiaires sont impliqués » souligne Guy Adoua.

Dans son engagement avec le gouvernement de s’assurer que le programme des cantines scolaires devienne un véritable filet de protection sociale, le Programme alimentaire mondial s’est entouré de divers partenaires qui soutiennent l’initiative. Dans le lot se trouve l’ambassade du Royaume des Pays-Bas « qui apporte un appui important » au programme selon Représentant du Pam, Guy Adoua.

To Tjoelker-Kleve, l’ambassadrice du Royaume des Pays-Bas près le Bénin qui a participé à la rencontre avec le préfet à Parakou estime « intéressant » comment le préfet est  engagé « que ce soit pour la paix, le développement, l’éducation des enfants, la bonne nutrition, l’eau… » dans son département.

Enrayer la maltraitance des enfants avec l’Unicef

La brève rencontre de Parakou a favorisé une sorte de renouvellement d’engagement du préfet Djibril Mama Cissé au côté de chaque institution pour régler les défis sociaux majeurs de son département. « Le département du Borgou fait l’objet d’une attention bienveillante de ces structures et je leur ai promis d’œuvrer pour que cet intérêt qu’elles portent à mon département, nous puissions vraiment travailler à les mériter » a confié le préfet.

Avec l’Unicef, il est question d’éradiquer toutes sortes de maltraitance envers les enfants pour favoriser un environnement protecteur à l’enfance béninoise.

L’Unicef nous accompagne dans la lutte contre les violences faites aux enfants. Dans le département à ma prise de fonction, les indicateurs n’étaient pas aussi reluisants que ça. Aujourd’hui, avec l’accompagnement de l’Unicef, on peut se réjouir de ce que dans l’ensemble, nous sommes en train d’assister à une amélioration de ces indicateurs. La tendance est en train d’être inversée.


Djibril Mama Cissé, Préfet du Borgou.
De gauche à droite, Djanabou Mahondé (Représentente résidente de l’Unicef au Bénin) et Djibril Mama Cissé (Préfet du Borgou)

Pour Djanabou Mahondé, la Représentante résidente de l’Unicef au Bénin, il est primordial de travailler ensemble et de créer des synergies autour des actions pour plus d’impact sur les communautés. « Je viens d’arriver mais je puis vous assurer que nos actions vont s’aligner dans la continuité enfin de changer la donne en ce qui concerne le mariage des enfants, la mendicité, le travail des enfants…tout ce qui empêchent les enfants de pouvoir jouir de leurs droits » a insisté Djanabou Mahondé qui continuera à œuvrer pour la scolarisation de la jeune fille au Bénin.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 ⁄ 1 =