Cantines scolaires – Le personnel du PAM dans les cuisines à l’Epp Aïdo (Ouidah)

Le staff du Programme alimentaire mondial (Pam) est descendu mercredi à l’Ecole primaire publique Aïdo à Ouidah pour partager une journée d’action communautaire avec les acteurs de la cantine scolaire.

Le personnel du PAM travaille à la cuisine. Photo: Jonas H.

C’est des usagers de l’école hors du commun qui ont pris possession de la mission dévolue au comité de gestion de la cantine scolaire de l’école primaire publique Aïdo à Djègbadji (Ouidah). Evènement pour le moins rare, le personnel du Programme alimentaire mondial a délaissé son bureau à Cotonou pour vivre en vie réelle le travail des acteurs en charge de la gestion des cantines scolaires à la base. Il ne s’agit pas d’une inspection ou supervision de routine mais prendre carrément la place du comité locale de gestion de la cantine scolaire de l’Epp Aïdo… le temps de la journée du mercredi.

La mission est simple ! Peut être pas mais c’est le challenge de la journée. A midi, le repas doit être cuisiné et servi aux 296 enfants de l’Epp Aïdo par le personnel du Pam.

Le top est donné pour une matinée de service communautaire. Chaque cadre oublie un instant sa position de technicien et s’approprie son rôle d’acteur à la base. De gauche à droite, ça bouge ! Dans le magasin, on pèse la quantité de riz pour le repas de la journée. Balance, bol et un peu de calcul pour sortir la quantité exacte de riz. A cette étape tout se fait au gramme près.

De l’autre côté de la cuisine, des femmes s’affairent. Sur la planche, une série de légumes passent à la découpe. Carottes, tomates, oignons…sont au lame du couteau alors que d’autres s’occupent des marmites pour cuire le riz et ce qui l’accompagnera.

Le Représentant Résident du PAM Guy Adoua à la cuisine de l’Epp Aido (Ouidah) le 9 février 2022. Photo: Jonas H.

Ce travail de cuisine n’épargne personne. Les hommes sont à la vaisselle. Il faut bien laver les bols dans lesquels les enfants mangeront à midi. L’hygiène autour du repas scolaire est une exigence de ce même personnel envers les acteurs à la base. C’est  l’occasion parfaite de donner l’exemple. Les plus musclés s’assurent que l’eau est disponible à la cuisine pour les femmes en allant chercher de l’eau à la pompe…Même le Représentant Résident du Programme alimentaire mondial Guy Adoua était du lot. Sacré Guy Adoua avec son tablier à la cuisine ! « C’est une bonne expérience de voir les collègues entrain de préparer, de laver les assiettes, cuisiner, servir les enfants et pour moi je suis très heureux de voir quelque chose de cette manière » commente Guy Adoua.

Aucune tâche ne lui a échappé. Il a participé à laver les bols et à couper les légumes à la cuisine. « Les cantines scolaires, c’est l’affaire de tout le monde. C’est la responsabilité de tout le monde. Chacun doit mettre la main à la pâte » argumente le Représentant Résident. Pour Guy Adoua, « lorsque nous sommes dans nos bureaux, nous devons comprendre et avoir une vision sur ce que nous sommes entrain de faire. En ce moment là chacun sera entrain de faire son travail en toute conscience ». C’est un message qu’inspire l’initiative qui vise à vivre le travail du personnel opérationnel à la base. « C’est pour montrer à la communauté que le Pam à travers son personnel, ce n’est pas seulement de rester au bureau et  de faire les planifications. C’est aussi de venir sur le terrain et de donner l’exemple de tout ce que nous demandons aux communautés, aux cuisinières en ce qui concerne l’organisation de la cantine scolaire au quotidien pour que chaque jour les enfants mangent » justifie David Adomahou, le chargé de suivi des partenariats au Pam.

Le personnel féminin du PAM à la fin de la préparation du repas du jour à l’Epp Aido. Photo: Jonas H.

Au bout de quelques heures, le repas de la journée est prêt. L’équipe s’est mobilisée pour le distribuer aux enfants.  « Le plus merveilleux est quand nous avons vu les enfants apprécier le repas qui est sorti de la cuisine » lance Ella Ahouandjinou. Cadre de l’unité renforcement des capacités et gestion des connaissances au Pam, Ella estime que « c’est une expérience formidable. Cela a permis à toute l’équipe du Pam de mettre la main à la pâte. Cela nous a permis de vivre l’expérience une cantine, une vie ».

L’expérience reste enrichissante pour chacun de ces cadres venus toucher du doigt la mise en œuvre des cantines scolaires en vie réelle. « Sortir du bureau et amener tout ce personnel qui de loin contribue fortement à la réalisation des repas chauds aux enfants à midi, vivre la réalité sur le terrain et comprendre quelles sont les difficultés réelles que les opérationnelles rencontrent au delà de la planification, je crois que ce fût la plus belle expérience et un apprentissage » partage Salian Kouyaté, responsable chargé des risques et de la conformité au Programme alimentaire mondial.

Distribution de repas par le personnel du PAM à l’Epp Aido (Ouidah). Photo : Jonas H.

Ils ont dit…

Ella Ahouandjinou – unité renforcement des capacités et gestion des connaissances

Je félicite davantage les mamans cuisinières. Cette tâche qu’elles acceptent volontairement de remplir, c’est vraiment un sacerdoce.  Je ne peux que les encourager de leur position de mère à ne pas se décourager mais au contraire à voir la finalité qui est de partager le bonheur des enfants se réjouir le ventre plein

David Adomahou – chargé de suivi des partenariats

J’étais vraiment content ! Cela m’a permis d’apprécier la tâche que chaque jour ces femmes cuisinières font au niveau de la cantine. On a tous apprécié le rôle que ces dernières jouent et le travail qu’elles font au quotidien pour faire fonctionner la cantine.

Salian Kouyaté, responsable chargé des risques et de la conformité

Parfois du bureau nous sommes très exigeant envers eux mais du bureau on ne peut pas savoir quels sont les aléas qu’ils rencontrent, quelles sont les difficultés mineures et les risques qu’elles surmontent. C’est une expérience enrichissante qui mérite d’être documentée

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 + 15 =