Consommation du tabac – Les journalistes invités à s’impliquer davantage dans la lutte anti-tabac au Bénin

Les organisations de la société civile impliquées dans la lutte contre la consommation du tabac ont échangé mercredi avec les journalistes sur la lutte anti-tabac au Bénin. La conférence-débat organisée au centre « Les joyaux » à Abomey-Calavi a servi de canal pour susciter davantage l’implication des médias dans la sensibilisation des populations sur les méfaits du tabac.

L’idée de la rencontre initiée par la Plateforme des organisations de la société civile engagées dans la lutte contre le tabac au Bénin est d’impliquer davantage les médias au mouvement anti-tabac pour mieux toucher les populations à la base. Sous le leadership de l’Initiative pour l’éducation et le contrôle du tabagisme (Ong IECT), la série de communications présentées à la rencontre d’Abomey-Calavi a permis aux hommes de la presse de cerner la problématique de la lutte anti-tabac au Bénin.

La vision des organisateurs est qu’en partageant avec les journalistes les actions pour éradiquer le fléau que constitue le tabagisme, ils contribueront à disséminer de la bonne information auprès des communautés pour induire un changement de comportement à la base face au tabac et les produits dérivés. « Nous attendons que les hommes des médias deviennent des relais pour porter l’information aux populations mais également aux décideurs pour qu’au-delà des arrêtés et de la loi, nous passons réellement à l’action » a confié Augustin Faton, Directeur exécutif de l’Ong IECT.

De l’intervention des différents panélistes conviés à la conférence, la lutte contre la consommation du tabac doit être multi-acteurs où chaque acteur à un rôle à jouer pour préserver la santé des populations notamment des jeunes de plus en plus en proie au tabagisme. Pouvoirs publics, organisations de la société civile, médias, leaders à différents niveaux, partenaires au développement, communautés… ont une partition à jouer pour enrayer ce fléau.

Un exemple d’engagement des pouvoirs publics est la prise d’arrêté par les préfets interdisant la consommation de la « chicha » dans les lieux à usage public. Cette action partie du département du Zou a servi de déclic pour les autres préfectures de s’engager dans la lutte contre la consommation ce produit dérivé du tabac entré depuis quelques années dans le mode de vie d’une frange de la jeunesse béninoise. Les représentants des préfets de l’Ouémé, de l’Atlantique et du Zou présents à la conférence ont réaffirmé la disponibilité des autorités préfectorales à participer aux actions visant à  protéger la santé des populations contre les effets du tabac.

anti tabac
Blandine Yaya remet au représentant du Préfet du Zou une distinction au nom du Préfet Firmin Kouton pour son engagement pour la lutte anti-tabac. Photo: Mamabenin

Le tabac est une porte d’entrée à la consommation d’autres produits illicites tels que la drogue et « plus tôt on commence, plus c’est dangereux » a expliqué Docteur Eugène Gbèdji, médecin en santé communautaire indexant l’effet du tabac sur les adolescents et les jeunes. « Nous ne voulons plus jouer au sapeur-pompier, nous voulons qu’on alerte les populations sur le danger que constitue le tabagisme, le danger que constituent les produits du tabac sur la santé, pour l’économie et surtout le danger que constitue en particulier la chicha qui est une forme de tabagisme qui aujourd’hui est entrain d’investir les milieux » a plaidé Augustin Faton de l’Ong IECT.

Depuis 2017, le Bénin dispose d’une loi qui cadre l’usage du tabac. « La lutte contre le tabac s’est améliorée depuis le vote de cette loi  » remarque Docteur Judith Sègnon, point focal anti-tabac au ministère de la santé. Cependant,  le défaut à ce jour réside dans la faible application de cet instrument juridique. Cela donne l’impression dans les communautés d’une sorte d’inexistence de moyen de répression pour sanctionner les personnes qui contribuent à la distribution et à la promotion du tabac auprès des communautés vulnérables telles que les jeunes.

Pour susciter des sanctions « les populations doivent se plaindre, doivent faire des dénonciations auprès des autorités en charge de l’application de la loi » pense Blandine Yaya, présidente de la plateforme « Halte tabac » qui a partagé avec les participants les implications de la nouvelle loi anti-tabac au Bénin. Il faudrait aussi que les populations soient suffisamment informées, éduquer et sensibiliser sur le drame que constitue le tabac pour jouer pleinement leur part dans la lutte.

Le rôle des journalistes est d’apporter la force des médias au service de la santé et du bien être des populations en s’impliquant davantage sur la question de la lutte contre le tabac dans leurs productions médiatiques.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « l’épidémie de tabagisme est l’une des plus graves menaces ayant jamais pesé sur la santé publique mondiale. Elle fait plus de 8 millions de morts chaque année dans le monde. Plus de 7 millions d’entre eux sont des consommateurs ou d’anciens consommateurs, et environ 1,2 million des non-fumeurs involontairement exposés à la fumée ».

Pour télécharger la Loi N° 2017-27 du 18 Décembre 2017 relative à la production, au conditionnement, à l’étiquetage, à la vente et à l’usage du tabac, de ses dérivés et assimilés en République du Bénin Cliquez ici

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
3 + 19 =