Yolande Agueh : « L’outil MDCA est destiné également pour faire le suivi des indicateurs de nutrition au niveau des patients PVVIH »

Du  03 au 05 avril, le bureau pays du Programme alimentaire mondial (Pam/Bénin) a formé des agents de santé impliqués dans la prise en charge des personnes vivant avec le Vih/Sida sur l’utilisation du Mobile Data Collection et Analytics (MDCA). A Lokossa, nous avons rencontré Yolande Agueh, chargée de nutrition et point focal Vih/sida au sein du Pam. A bâton rompu, elle évoque comment l’usage de l’outil de collecte de données MDCA peut favoriser un meilleur suivi des activités.

Yolande Agueh échange avec des agents de santé le 4 avril à Lokossa. Photo: Jonas H.

Mamabenin : Madame Yolande Agueh, vous êtes la chargée de nutrition au Pam, qu’est-ce qui explique une formation des agents de santé sur les questions de collecte de données ?

Yolande Agueh : Vous savez dans la mise en œuvre de toute activité, il est important, il est nécessaire et dispensable de faire le suivi des activités ; de voir si ce que nous sommes en train de faire porte ses fruits, s’il aura un impact au niveau de la population cible. Pour faire le suivi, il est nécessaire de faire également la collecte des données. En ce qui concerne la nutrition, nous sommes appelés  à contribuer à l’amélioration de l’état nutritionnel des clients PVVIH, nous sommes appelés à contribuer à un meilleur suivi de ces patients au niveau des sites de prise en charge. C’est la raison qui justifie le faite que nous ayons déjà en 2018 formé les agents de santé des sites de prise en charge pour renforcer leur connaissance sur le suivi de l’état nutritionnel des patients parce que la santé de tout individu dépend également de son état nutritionnel.

Qu’avez-vous fait réellement ?

Nous avons l’année passée mis à disposition des centres de santé du matériel pour effectuer les mesures anthropométriques. Ce qui leur permet d’identifier très tôt l’état nutritionnel des patients pour leur apporter les conseils nutritionnels, pour attirer leur attention sur un certain nombre de choses à faire. Des séances d’éducation nutritionnelle sont également organisées à l’endroit de cette cible-là.

Et sur le plan de l’hygiène ?

Il n’y a pas que des séances d’éducation nutritionnelle. Nous avons des thématiques relatives à l’hygiène corporelle, l’hygiène environnementale, le lavage des mains avant et à la sortie des toilettes qui participent à l’état nutritionnel de l’individu et par conséquent à l’état de santé de la personne. Vu que les patients PVVIH, leurs systèmes immunitaires affaiblis, nous devons tout mettre en œuvre pour renforcer ce système immunitaire à travers une bonne alimentation et une bonne hygiène de vie.

On pensait que le MDCA était seulement destiné à la collecte des données dans le cadre du Programme de l’alimentation scolaire intégré (Pnasi). Qu’apporte cet outil à vos actions sur la nutrition liée au PVVIH ?

L’outil MDCA n’est pas destiné uniquement aux collectes des données au niveau des cantines scolaires mais destiné également pour faire le suivi des indicateurs de nutrition au niveau des patients. Cela permettra également de voir si, comme recommandé, au niveau des sites de prise en charge, ils font effectivement les séances d’éducation nutritionnelle, s’ils adoptent également les thématiques qui sont relatives à l’hygiène de manière générale.

Mamabenin: merci!

Yolande Agueh : Je vous remercie

NB : Transcription et reformulation des questions par Ferry Sossa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 ⁄ 3 =