8 mars| Florence Eniayéhou et son équipe de la JCI Porto-Novo Première communient avec les femmes du Centre psychiatrique St Camille d’Avrankou

La présidente de la JCI Porto-Novo Première Florence Eniayéhou prononce son discours assistée de la marraine Nathalie Soglo à droite. Photo: @mamabenin

Des sacs de maïs, des cartons de sucre, des bidons d’huile végétale, des boites de tomate de conserve, du savon, du matériels pour le tissage de pagne traditionnel agavoh, une enveloppe financière…C’est entre autres le contenu du don fait par la Jeune chambre internationale (JCI) Porto-Novo Première aux femmes en situation de traitement de maladies mentales au Centre psychiatrique de l’association St Camille de Lellis situé dans la commune d’Avrankou.

C’est une action sociale pensée et inscrite au cœur du projet « Women’s Empowerment Day » de l’organisation avec au centre le thème « En dépit de tout, je reste une femme ».

« C’est projet de soutien à l’intention des jeunes du centre St Camille à Avrankou dont notamment les femmes à l’occasion du 8 mars qui consacre la Journée internationale des droits de la femme » a expliqué Florence Eniayéhou, la présidente de la JCI Porto-Novo Première au cours de la sortie foraine organisée à l’intention de ces femmes au Jardin des plantes et de la nature (JPN) de Porto-Novo ce samedi.

L’organisation a trouvé l’idée de changer de cadre pour les femmes en situation de traitement de maladies mentales à Avrankou pour leur offrir un instant de divertissement en dehors de leur environnement. « Le but est de contribuer à l’émancipation des jeunes femmes du centre St Camille en leur permettant de changer de cadre habituel » a indiqué Florence Eniayéhou soutenue dans son ambition par la marraine de l’événement Nathalie Soglo, past president 2009 de la JCI Porto-Novo Première.

Une vue des dons offerts aux femmes de St Camille. Photo: @mamabenin

L’instant d’une matinée, ces femmes ont pu se ressourcer dans le cadre écologique qu’offre le Jardin des plantes et de la nature de Porto-Novo. Elles sont retournées les bras chargés de vivres alimentaires, de produits de première nécessité et de matériels de travail pour leurs activités entrepreneuriales.

« Il n’y a pas de différence entre femme malade et femme saine » a reconnu Mireille Kougblénou, la représentante de la directrice du projet « Women’s Empowerment Day », Flore Houéssou pour justifier la vision du projet de lutter contre les discriminations que subissent les personnes handicapées dans les communautés béninoises.

Photo de famille pour marquer la rencontre de communion avec les femmes de St Camille. Photo: @mamabenin

« Autant que nous sommes, nous avons des talents mais nous nous retrouvons parfois dans l’incapacité de l’exploiter convenablement » a dit Florence Eniayéhou pour inciter les béninois à manifester de l’amour à l’endroit des personnes handicapées qu’elles soient mentales ou autres. Tout en souhaitant prompt rétablissement aux femmes, elle a remercié les bonnes volontés qui ont accompagné le projet WED porté par son organisation pour impacter les malades mentaux du centre St Camille.

Florence Eniayéhou et Armand Kodjo (WPI) ont officialisé un partenariat. Photo: @mamabenin

La rencontre du JPN a été une occasion pour Florence Eniayéhou d’officialiser un accord de partenariat entre la JCI Porto-Novo Première et le World peace initiative (WPI) représenté au Bénin par Armand Kodjo. Son organisation travaille sur les questions de la paix durable, la communication non violente et le leadership.

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

You may also like...

1 Response

  1. Asmana dit :

    Très bonne initiative, de coeur avec les généreux donateurs et courage a la JCI Porto Novo Première.
    Un bon exemple a suivre pour les africains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *