3ème Edition de la Journée Africaine de l’Alimentation Scolaire : Les PTFs saluent l’engagement du Gouvernement du Bénin

«Tirer pleinement partie du potentiel de l’enfant africain grâce à une alimentation scolaire à base de produits locaux ». C’est le thème de la 3ème édition de la Journée Africaine de l’Alimentation Scolaire (JAAS) célébrée ce 13 mars 2018 au Bénin. Cette grande rencontre qui s’organise chaque année autour de l’importance des repas scolaires a eu lieu dans la cour de l’Ecole Primaire Publique (EPP) Houinli située dans le commune d’Akpro-Missérété dans le département de l’Ouémé.

Les autorités servant le repas aux enfants
(De la gauche vers la droite, Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du SNU, le Ministre SalimaneKarimou du MEMP, le Ministre Serge Ahissou du Commerce, Mme Julienne Zimé Yérima, Directrice de l’Alimentation Scolaire et Guy Adoua, Représentant Résident du PAM). Photo: Makéba T.

« Ayoyoè, Ablo, Atassi, Ata, Adalou, Zankpiti, Gnonmli, Adowè, Aklouiyonou, Adalou… ». Ce sont quelques noms de mets locaux faits à base de maïs, de haricots, du riz…Des vivres qui font partie du panier alimentaire destiné aux repas scolaires. La célébration de cette 3ème édition de la JAAS au Bénin a été l’occasion de présenter au public ces aliments offerts quotidiennement aux enfants pour leurs déjeuners. Mis à part ces différents mets disposés dans des couverts en terre cuite installés sur les stands, des produits vivriers issus des champs et jardins de certaines écoles tels que le sorgho (EPP Podo Lafiarou dans la commune de Kandi), le maïs (EPP Kidarounkperou dans la commune de Kalalé), des oignons (EPP Fadama dans la commune de Malanville) ont été également exposés. L’EPP Houinli fait partie des 6 écoles situées dans la commune d’Akpro-Missérété qui bénéficient du Programme National d’Alimentation Scolaire Intégré (PNASI) financé par le Gouvernement du Bénin.

Placée sous la double autorité des ministres Salimane Karimou en charge des Enseignements Maternel et Primaire et Serge Ahissou du Commerce assurant l’intérim de son collègue du Plan et du Développement, cette célébration a enregistré la présence de plusieurs personnalités et représentants d’organismes internationaux accrédités au Bénin. Autour du maire Michel Bahoun de la commune de Akpromissérété, il y avait pour célébrer l’enfant béninois à travers les cantines scolaires, l’Ambassadeur du Japon près le Bénin, les Représentants Résidents de l’Unicef, du Fnuap et du Programme Alimentaire Mondial (PAM) avec à leur tête, M. Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations-Unies au Bénin.

Instituée en janvier 2016 par les Chefs d’Etat lors de la 26ème session de l’Union Africaine à Addis Abeba en Ethiopie, la Journée Africaine de l’Alimentation Africaine est célébrée le 1er mars de chaque année. Cet acte consacre la reconnaissance par l’Union Africaine, des repas scolaires comme un filet de sécurité ayant un rôle important pour l’éducation des enfants dans les pays africains. Il existe au Bénin quatre programmes de cantines scolaires (Gouvernement, PAM, CRS, PME) qui couvrent 36% des écoles primaires publiques et 30% des écoliers. Sur les 7360 écoles primaires publiques, 2640 bénéficient de cantines scolaires soit 1 574 cantines appuyées par le Gouvernement, 297 cantines appuyées par le PME, 620 cantines appuyées par le PAM et 144 cantines appuyées par le CRS.

Les repas scolaires : des bénéfices multiples

Au-delà du simple repas offert aux enfants, les divers programmes d’alimentation scolaire préparent les adultes et patriotes de demain. « Investir dans le repas à l’école, c’est aussi et surtout éviter aux enfants les maladies de la nutrition telles que la kwashiorkor, le marasme, l’avitaminose. Nous veillerons à la mise en place des jardins scolaires pour une alimentation saine et contrôlée de nos enfants » a affirmé Michel Bahou, Maire de la commune. Pour le directeur de l’école, Aristide Patinvoh, grâce au repas scolaire, l’accès à l’éducation s’est amélioré au point où le taux de réussite au CEP est passé de 20% en 2016 à 80,39% en 2017. A en croire les explications du Président de l’Association des parents d’élèves, la sous-alimentation chez les écoliers et écolières, le déplacement à risque à la recherche du déjeuner et la déscolarisation massive des enfants, surtout des petites filles, sont autant de problèmes qui trouvent leurs solutions dans l’alimentation scolaire.

Le PAM et l’alimentation scolaire au Bénin

D’après une étude du PAM, 1 dollar investi dans l’alimentation scolaire donne un gain de 3 dollars. Le PAM soutient depuis 1975, le gouvernement du Bénin dans le domaine de l’alimentation scolaire. Il contribue de ce fait à l’amélioration de l’accès et du maintien des enfants à l’école, à l’amélioration de l’insécurité alimentaire et à l’atteinte des ODD 2, 4 et 17 relatifs la Faim Zéro et au Partenariat pour l’atteinte des ODD. Actuellement, plus de 110.000 écoliers bénéficient de l’assistance du PAM dans 620 écoles réparties dans 19 communes du pays. Depuis la rentrée 2017-2018, il assure la mise en œuvre du Programme National d’Alimentation Scolaire Intégré (PNASI) financé par le gouvernement. A travers ce nouveau programme, 320.000 écoliers bénéficient de repas scolaires dans 1579 écoles primaires publiques. C’est une initiative du Chef de l’Etat qui a inscrit l’alimentation scolaire comme une priorité dans le Programme d’Action du Gouvernement. Ce signal fort envoyé aux autres pays de la région est à féliciter : « Je voudrais adresser au nom des plus hautes autorités de mon institution, mes sincères remerciements au gouvernement béninois et à travers lui son Chef, M. le Président de la République, pour la confiance renouvelée au Programme Alimentaire Mondial » a affirmé Guy Adoua, Représentant Résident du PAM au Bénin.

L’Alimentation Scolaire, une priorité pour le Gouvernement du Bénin

C’est en suivant la voie tracée par les Chefs d’Etat de l’Union Africaine que le Gouvernement du Bénin a décidé de placer l’éducation parmi ses principales priorités en l’inscrivant dans les objectifs du Programme d’Action du Gouvernement. « Le Gouvernement s’engage à passer du taux de couverture nationale des cantines scolaires qui est de 30% à 51% d’ici 2021 » a déclaré SalimaneKarimou, Ministre des Enseignements Maternel et Primaire. Dans cette optique, l’incidence financière des cantines scolaires gouvernementales imputables au budget est évaluée par rapport aux besoins en ration du nombre d’enfants à nourrir dans les écoles et passe de 1 milliard à 7 milliards par an. « Ceci pour garantir une meilleure rétention et un enseignement de qualité aux citoyens. Un accord de partenariat entre le Gouvernement et le PAM signé le 20 juillet 2017 a permis de confier la gestion de ces cantines à cette institution du Système des nations Unies pour son expertise dans ce domaine»

Les autorités visitent le stand de divers repas préparés à base de produits locaux. Photo: Makéba Tchibozo

Tout en saluant les efforts déjà fournis par le gouvernement, le Coordonnateur du Système des Nations-Unies au Bénin a rassuré les autorités béninoises et les bénéficiaires des cantines scolaires de leur totale adhésion à l’ensemble du plaidoyer à faire pour la mobilisation de ressources en faveur de l’alimentation scolaire y compris avec le secteur privé.

La distribution des repas aux apprenants, la visite du magasin de stockage des vivres, du jardin potager, du champ de production des produits locaux, de la cuisine et des stands dressés pour présenter les divers repas ont mis un terme à cette célébration au cours de laquelle un grand plaidoyer a été fait pour l’implication des communautés à la base dans l’animation des cantines scolaires et la pérennisation des programmes d’alimentation scolaire.

Makéba Tchibozo

Chargée de Communication/ PAM/Bénin

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *