Le programme « Vacances saines pour les élèves avec les arts et cultures » lancé à Avrankou

Jusqu’au 31 juillet, le programme « Vacances saines pour les élèves avec les arts et cultures » va outiller 20 élèves comédiens sur comment mettre le théâtre au service de l’éducation sexuelle des jeunes. La phase de formation est lancée ce lundi au Collège d’enseignement général (Ceg 3) de la commune d’Avrankou.

Chanceline Mevowanou (2e de la droite) avec son équipe au lancement du projet. Photo: Ferry Sossa

Il s’agit d’utiliser le théâtre comme un canal d’information, de sensibilisation et d’éducation des élèves contre les grossesses précoces en milieu scolaire. C’est une initiative portée par l’Association Jeunesse et Développement (AJD) sous la coordination de Chanceline Mevowanou, activiste des droits des enfants et droits sexuels.

La première phase du projet mobilise une vingtaine d’élèves venus des collèges (Ceg 1,2 et 3) d’Avrankou. Pendant trois jours, ils seront formés sur l’appropriation des rôles au théâtre et la gestion scénique en ce qui concerne leur immersion culturelle. « Nous allons leur apprendre à créer un personnage, à écrire des sketchs pour sensibiliser sur des faits sociaux liés à la jeunesse » a confié un des formateurs.

Parallèlement, les participants seront informés et sensibilisés sur les questions de santé et de reproduction. L’accent sera mis sur la prévention des grossesses précoces à l’école. Les connaissances acquises serviront plus tard dans la création des sketchs de sensibilisation à l’intention de leurs pairs.  « C’est une initiative louable en ce sens que cela occupe les filles pour qu’elles ne s’adonnent pas à des activités à risques pendant les vacances » se réjoui  François Kinhougbandé, directeur du Ceg 3 d’Avrankou.

« La lutte contre les grossesses en milieu scolaire est un défi » rappelle Chanceline Mevowanou qui pilote l’initiative. Utiliser un canal culturel pour toucher les jeunes pendant les vacances est une manière innovante pour passer des informations dont ils ont besoin en matière de santé sexuelle. « Nous avons choisi le théâtre car il s’agit de trouver une manière de s’amuser tout en s’éduquant » explique l’activiste des droits des enfants.

Cette phase de formation conduira à une autre de création artistique. Les participants vont concevoir des sketchs sur diverses thématiques liées à la santé sexuelle des jeunes. La restitution des pièces de sensibilisation conçues pendant la formation se fera le 27 juillet au cours d’une soirée de présentation. Pour anticiper sur l’imagination des participants, il faudra s’attendre à des pièces sur le dialogue parent-enfant en matière de sexualité, comment dire « Non » aux pressions diverses en tant que fille, les conséquences d’une sexualité précoce chez les jeunes, l’impact des grossesses précoces sur les études…

Une vue de famille avec les élèves participants au programme. Photo: Ferry Sossa

Au-delà de la mission d’éducation à la santé sexuelle du projet, la rencontre est un moyen d’entretenir la passion des élèves à la pratique d’activités artistiques et culturelles. « Les filles peuvent développer d’autres compétences dans le domaine de la culture en plus des études scolaires » pense Lumière Houéssou, la représentante du Fonds des arts et de la culture, partenaire du projet qui met en exergue l’opportunité des arts comme moyen d’information, d’éducation et de communication.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 12 =