Rencontre avec Guillaume Naté à la cantine scolaire de l’Epp Kouandada (Natitingou)

D’une commune à une autre, l’on découvre de plus en plus d’engagement de particulier ou de communauté autour du programme des cantines scolaires sous diverses formes. Exemple d’engagement vu à l’Ecole primaire publique Kouandada dans la commune de Natitingou.

Les enfants de l’Epp Kouandada à l’heure du repas. Photo: Jonas H.

Quand Guillaume N’Kouéi Naté  partage ce que représente le programme des cantines scolaires dans son quotidien, toute une passion se lit dans ses yeux. Directeur de l’Epp Kouandada, Guillaume est très passionné de ce qu’il fait pour soutenir l’initiative. Il est personnellement convaincu de l’impact que cela apporte aux écoliers mais surtout à un sentiment de devoir accompli quand il voit l’effectif de son école stable grâce au repas de midi offert à l’école.

A l’Epp Kouandada, retenir les enfants à l’école matin et après-midi n’était pas aussi facile. Les enfants peuvent venir le matin mais la garantie de revenir dans l’après-midi est mince. « Le manque de nourriture est à la base car une fois à la maison, les enfants ne trouvent pas à manger à midi parce que les parents sont aux champs et du coup ne reviennent plus dans l’après-midi ou reviennent tardivement » raconte le directeur. Depuis que la cantine scolaire offre un repas sur place, « les enfants mangent à midi à l’école, se reposent à l’école et ne retournent à la maison qu’après les cours de l’après-midi » partage le directeur.

Pour soutenir la cantine, le directeur Guillaume Naté s’est attendu avec la communauté de l’Epp Kouandada pour une souscription de 2000 francs CFA par an pour chaque enfant. Ailleurs, cette souscription est de 25 à 50 FCFA par jours. Ici, chaque parent devrait juste apporter à son rythme une contribution financière de 2000 F pour accompagner la cantine.

Le directeur Guillaume Naté dans la salle de stockage de la récolte de soja du champ scolaire. Photo : Jonas H.

Cette contribution permet de soutenir les dépenses nécessaires à la préparation des repas journaliers pour les enfants à partir des vivres mis à disposition par le Programme alimentaire mondial (Pam). Cette approche partagée par les parents d’élèves assure le fonctionnement de la caisse de la cantine. Ce que retient le directeur, c’est que sa « communauté n’est pas distante de ce qui se fait à la cantine ». Elle comprend les avantages pour l’alimentation des enfants et participe à son développement.

Du soja pour accompagner la cantine…

Pour apporter plus d’éléments nutritifs à l’alimentation des enfants, l’Epp Kouandada dispose d’un champ scolaire où se cultive diverses variétés de légumes qui entrent dans les besoins de la cuisine. L’on peut découvrir dans ce champ du piment, du gombo, de la tomate et une feuille communément appelée taranta (une sorte de gluant pour accompagner un repas de pâte et de sauce tomate). Toutefois, l’expérimentation majeure cette année a été la culture du soja.

« L’apport du soja à la cantine est pour favoriser la croissance et l’entretien des enfants » explique le directeur. Le soja peut être transformé en fromage, en lait de soja, en moutarde, en gâteaux, utiliser pour la sauce…Autrement avec l’apport du champ scolaire en soja, les enfants ont l’opportunité de consommer cet aliment sous diverses formes. Dans le grenier scolaire, un stock non moins important de soja est disponible et provient du champ scolaire mis en place pour accompagner la cantine. « Si on n’arrive pas à tout consommer, on va vendre » a confié Guillaune Naté indiquant que la priorité « est d’accompagner le repas des enfants avec le fromage de soja, la moutarde de soja et l’utiliser dans la préparation de la  sauce ».

Ces grains de soja ont été transformés en moutarde de soja. Photo: Jonas H.

Plus de trois ans après la mise en place des cantines scolaires dans 51% des écoles primaires publiques au Bénin, l’appropriation qu’en font les communautés bénéficiaires est un facteur déterminant dans l’avenir du programme. Que cela soit de manière individuelle ou collective, chaque béninois impacté directement ou indirectement par les cantines scolaires devrait apporter sa contribution au développement de l’initiative des cantines scolaires et à sa pérennisation.

A l’Epp Kouandada, le directeur Guillaume N’Kouéi Naté et ses parents d’élèves sont plus que rapprochés pour maintenir la cantine scolaire pour le bonheur des enfants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 − 2 =