Une cantine scolaire privée pour maintenir les enfants à l’école de Houégangbé (Djakotomey)

Parmi les initiatives communautaires pour soutenir le programme des cantines scolaires au Bénin, celles de l’Epp Houégangbé dans l’arrondissement de Djakotomey 1 sort de l’ordinaire. Ici, c’est un particulier qui travaille à nourrir les enfants à l’école pour résoudre le problème de la faim qui impacte sur la fréquentation scolaire dans le village de Houégangbé.

Un enfant de l’Epp Houégangbé (Djakotomey) à l’heure du repas de midi. Photo: Jonas H.

L’histoire est partie d’un constat fait par Bertin Codjo Djaïto, un ingénieur logisticien à la retraite. Natif de Djakotomey, ce donateur privé de la cantine scolaire de l’Epp Houégangbé était perturbé par la baisse du taux de fréquentation scolaire et la déscolarisation poussée des enfants dans le village de Houégangbé. Après des enquêtes, il comprit que les causes étaient multiples. La pauvreté, le manque de moyen pour supporter les études des enfants, les parents qui préféraient avoir les enfants pour les travaux champêtres plutôt qu’à l’école…La conséquence, l’Ecole primaire publique Houégangbé se vidait de sa population scolaire.

Bertin Codjo Djaïto sous le couvert de son organisation Best Bénin (Bénin enfance éducation et santé pour tous) se résout à apporter sa contribution à la scolarisation des enfants. Il met à la disposition des enfants des manuels scolaires et une bibliothèque à l’école pour soutenir les parents. Progressivement, le taux de fréquentation monte et l’effectif aussi. « Pour maintenir le rythme, on s’est dit s’il faut donner à manger aux enfants pour les amener à ne plus rentrer. Les enquêtes ont montré quand ils rentrent à midi, ils ne reviennent plus les soirs parce qu’à la maison les parents ne sont pas de retour du champ pour leur donner à manger et ils choisissent de ne plus venir » raconte Bertin Codjo Djaïto.

C’est ainsi qu’est née l’idée de mettre en place une cantine privée à l’Epp Houégangbé pour apporter de la nourriture aux enfants à l’école. L’autorisation est  obtenue et depuis 2019, les écoliers de l’Epp Houégangbé ont l’opportunité d’avoir un repas chaud à midi comme les enfants des écoles primaires publiques bénéficiaires du programme des cantines scolaires au Bénin. « Lorsqu’on a commencé par donner à manger aux enfants, on a vu que les enfants ne rentraient plus à midi et ceux qui rentraient revenaient très tôt et le taux de fréquentation à commencer par augmenter »constate le donateur.

Bertin Codjo Djaito, initiateur de la cantine de l’Epp Houégangbé pendant une opération de distribution de repas. Photo: Jonas H.

La cantine est gratuite, les enfants ont une offre de repas chaud chaque jour d’école et pas de contribution pour les parents. « Cette cantine est venue rehausser le niveau des apprenants puisqu’ils mangent. Ils sont équilibrés, ils sont éveillés parce que la faim ne les perturbe plus. Cela à améliorer le rendement » témoigne Houangni Ivaza Wilfried, le directeur de l’Epp Houégangbé.

Aux derniers examens du Certificat d’études primaires, le taux de réussite s’est élevé à plus de 80% contre 40-50% dans les années précédentes. « Vous comprenez que le problème réel, c’est la nourriture ! C’est l’entretien et le manque de moyen pour supporter leurs études » conclut le président de Best Bénin qui pour cette initiative est soutenue par son partenaire Best France.

Pérenniser l’initiative…

La raison fondamentale en mettant en place une cantine à l’Epp Houégangbé est de faire en sorte que l’école puisse continuer à vivre, à attirer de nouveaux enfants pour l’éducation primaire, à donner des résultats probants…mais il faudrait que l’initiative dure dans le temps. « C’est une préoccupation majeure ! Notre soucie c’est de pérenniser ce que nous avons commencé et même de souhaiter que cela se multiplie au niveau des autres écoles » pense le donateur Bertin Codjo Djaïto.

Nous avons l’obligation de chercher d’autres partenaires, d’impliquer les populations de la localité. Nous sommes en train d’aller vers eux pour leur signifier l’importance de ce que nous avons engagé. Eux-mêmes, à travers l’engouement qu’ils sont en train de manifester aujourd’hui, nous avons compris qu’elles ont compris… Si chacun de nous avec nos petits moyens peut venir en aide à l’Etat pour renforcer les initiatives, nous pensons que les enfants auront le minimum social.


Bertin Codjo Djaïto.

Les cuisinières lors de la préparation du repas. Photo: Jonas H.

Avec une cantine scolaire privée pour offrir un repas à plus de 280 enfants par jour, le donateur reste ouvert à toute bonne volonté pouvant apporter des dons en nature pour continuer à supporter l’initiative. Pour le moment, apprendre à l’Epp Houégangbé est devenu attractif pour les enfants. Les performances scolaires sont améliorées, des femmes de la communauté comme Pierrette Sodégla et Yvette Bowou ont trouvé des emplois à la cuisine, un magasinier est recruté pour sécuriser les vivres. Comme quoi, en dehors de nourrir les enfants, la cantine scolaire offre des opportunités à la communauté

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 − 10 =