Vers l’actualisation du Plan de contingence national pour la gestion des crises et catastrophes au Bénin

Le Plan de contingence national (PCN) est au cœur d’un atelier ouvert mardi à Miracle Hôtel de Bohicon. Pendant trois jours, les acteurs stratégiques impliqués dans la protection civile en cas de crises ou catastrophes au Bénin vont travailler à actualiser ce plan pour une réponse mieux efficace aux urgences.

Une vue du présidium à l’ouverture des travaux. Photo: Ferry Sossa

L’idée de la présente rencontre est de « renforcer la préparation de tous les acteurs, publics et privés, pouvant intervenir dans le champ de la protection des populations » a dit le Représentant Résident adjoint du Programme alimentaire mondial (Pam/Bénin) Aboubakar Koisha à l’ouverture des travaux.

Le Plan de contingence national (PCN) indique la réponse à opposer aux risques et catastrophes (qu’elles soient naturelles ou de cause humaine), toutes crises qui nécessitent la protection urgente des populations. Le premier plan est élaboré depuis 2010 et en 10 ans, le Bénin a eu à faire face à diverses situations d’urgence dont l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Lassa, des inondations ou encore des troubles à l’ordre public nées des dernières élections législatives. Les réponses face à ces urgences ont-elles été efficaces ? Les stratégies sont-elles suffisamment adaptées pour faire face efficacement à de nouvelles urgences en garantissant une parfaite protection des populations ? 

Ce sont des éléments de réponse que les participants à l’atelier apporteront mais « Vu le retard observé dans l’actualisation de ce plan qui devrait être revu annuellement, il urge de procéder à sa revue à travers l’organisation de cette rencontre nationale qui prend en compte les nouveaux facteurs, conjonctures et pesanteurs récents induisant la correction des stratégies et mécanismes d’intervention en situation de crise ou catastrophe » a expliqué Aboubakar Koisha du Programme alimentaire mondial au Bénin. 

Photo de famille des participants à l’atelier d’actualisation du PCN. Photo: Ferry Sossa

Face aux urgences ou catastrophes, « l’Agence nationale de protection civile dispose d’une certaine expérience » reconnait le Directeur de cabinet du ministère de l’intérieur et de la sécurité publique Ouorou Baro Mora. Cependant « l’inefficacité des mécanismes institutionnels face aux défis mondiaux des changements climatiques, exigent un nouveau contexte de planification actualisée d’où la nécessité de réfléchir ensemble  sur de nouvelles solutions durables à moyen et long termes qu’il faut apporter en plus de celles qui existent pour sortir d’une gestion conjoncturelle des crises et catastrophes au Bénin » remarque Ouorou Baro Mora.

A la fin des trois jours de réflexion, le Bénin devrait pouvoir disposer d’un plan actualisé de contingence national efficace pour prévenir les risques mais aussi efficace pour apporter une réponse adéquate en cas de crise ou de catastrophe.

Le vœu du Préfet du Zou Firmin Kouton est qu’à l’issu de l’atelier les  « résultats puissent permettre aux structures locales décentralisées d’améliorer leurs capacités de résilience face aux effets néfastes des catastrophes ».

Au titre de l’année 2020, le Plan de contingence national du Bénin est financé par le Programme alimentaire mondial pour un montant de 23,000 dollars US. L’agence onusienne accompagne le Bénin dans la gestion des crises car elle est leader de la thématique « Gestion des crises et catastrophes » au sein du Système des Nations Unies (SNU).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 28 =