Fièvre à Virus Lassa maîtrisée…Revue après action pour mieux affiner les stratégies de riposte au Bénin

Sous l’égide du bureau pays de l’OMS, les acteurs impliqués dans la riposte face l’épidémie de la Fièvre Hémorragique à Virus Lassa au Bénin sont mobilisés à Ganna Hôtel de Grand-Popo pour partager les expériences vécues de la dernière épidémie, les leçons apprises et les acquis pour mieux répondre à d’autres urgences. La rencontre dure du 28 au 30 mai.

Une vue de l’ensemble des participants à la rencontre de Grand-Popo. Photo: Bismarck Sossa

La Revue après action (RAA) de l’épidémie de la Fièvre hémorragique à virus Lassa est une recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui doit intervenir à la fin de chaque épidémie. « Elle permet non seulement aux acteurs de la gestion de revisiter le vécu de l’épidémie, mais aussi et surtout d’identifier les forces et les faiblesses de leurs interventions dans le but d’améliorer la gestion des prochaines situations de crise sanitaire » a expliqué Dr Jean-Pierre Baptiste, le Représentant Résident de l’OMS au Bénin à l’ouverture des travaux de l’atelier de Grand-Popo.

Pour rappel, le Bénin a été confronté à l’épidémie de fièvre à virus Lassa entre le 6 décembre 2018 et le 28 mars 2019 suite à l’identification d’un cas de fièvre hémorragique virale dans le département du Borgou. Ce cas avait été confirmé comme un cas de fièvre hémorragique à virus Lassa et le pays a été déclaré en état d’épidémie.

Selon les chiffres avancés par Docteur Liamidi Salami en charge des soins de santé primaire au ministère de la santé,  » 25 cas ont été dépistés, 9 cas sont confirmés au laboratoire comme cas Lassa (mais pris en charge et guéris), un cas probable traité et guéri, 15 cas suspects testés négatifs ». Le 29 mars, le ministre de la santé Benjamin Hounkpatin a déclaré la fin de l’épidémie.

Dr Jean-Pierre Baptiste, Représentant Résident de l’OMS au Bénin. Photo: Bismarck Sossa

Les succès enregistrés par le Bénin sur le front de l’épidémie de Fièvre Hémorragique à Virus Lassa l’ont été en partie, grâce d’abord, au soutien technique et financier du Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique, ensuite, de celui de l’OMS/Bénin et enfin, à la grande préparation des acteurs nationaux qui ont su exploiter à bon escient, les résultats des différentes missions d’évaluation externe du Règlement Sanitaire  International (RSI) 2005 effectuées au Bénin et l’élaboration des plans nationaux d’action pour la sécurité sanitaire.


Dr Jean-Pierre Baptiste, OMS/Bénin.

La crise étant derrière, la revue après action qui mobilise les acteurs pour trois jours est une rencontre pour évaluer les capacités de réponse du Bénin face aux urgences sanitaires surtout dans un contexte d’épidémie telle celle de la fièvre à virus Lassa.

Dr Liamidi Salami en charge des soins de santé primaire au ministère de la santé. Photo: Bismarck Sossa

Il s’agit pour les participants à l’atelier de Grand-Popo de partager les expériences vécues pendant la gestion de la dernière épidémie (décembre 2018 – mars 2019), d’évaluer l’état de la mise en œuvre des recommandations prises lors de la revue après action de 2018, les acquis avant la récente épidémie, ce qui a été fait pour maitriser l’épidémie, ce qui a le plus ou moins fonctionné, les résultats de la prise en charge et les moyens pour renforcer la riposte face à un cas d’épidémie dans le futur.

L’OMS de son côté, à travers son bureau pays continuera « d’accompagner le gouvernement du Bénin dans le processus de préparation, de prévention et de prise en charge des risques liés aux catastrophes et aux urgences sanitaires » a rassuré Docteur Jean-Pierre Baptiste.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 × 26 =