Les ministres Odile Attanasso et Mahougnon Kakpo lancent le Bac 2018 à Tori

Les épreuves écrites de l’examen du Baccalauréat session de juillet 2018 sont officiellement lancées ce lundi au CEG Tori-Agouako dans la commune de Tori. Deux membres du gouvernement étaient sur place pour remonter le moral aux candidats de ce nouveau centre créé par la Direction de l’Office du BAC.

Les ministres Odile Attanasso et Mahougnon Kakpo à l’arrivée au centre de Tori-Agouako le 16 juillet 2018. Photo: CellCom MESFTP

Il s’agit de la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Mme Marie-Odile Attanasso et du Ministre des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, Professeur Mahougnon KAKPO. Au total, 392 candidats répartis dans 12 salles composent dans ce centre dans les séries A1, A2, B et D.

« Ce que nous sommes venus voir nous encourage et montre qu’il y a eu de la détermination aussi bien des professeurs qui ont permis que l’année soit terminée que des candidats qui sont venus composer », a commenté la Ministre Marie-Odile Attanasso. Au détour de quelques échanges avec les candidats, elle a fait observer que « les candidats sont rassurés. Ils n’ont pas peur. Ils savent que c’est juste un examen. Ce n’est pas un concours ».

« Le gouvernement est en train de gagner le pari de conduire cette année scolaire jusqu’à terme », s’est réjoui le Ministre Mahougnon Kakpo. « Nous apprécions correctement et positivement le niveau d’organisation et de préparation du BAC ».

Avant le lancement des épreuves, les deux ministres ont eu une séance de travail avec les superviseurs, les chefs centre, leurs adjoints et les surveillants de salle. « Tout est bien parti pour que cet examen soit une réussite sur le plan national comme par le passé », a rassuré le Ministre Mahougnon Kakpo.

La ministre Odile Attanasso distribue les épreuves dans une salle de composition. Photo: CellCom MESFTP

A tous ceux qui douteraient encore du niveau des candidats, le ministre a précisé qu’ « Au terme des mouvements de débrayage, il y a eu un dispositif mis en place par l’Inspection Général Pédagogique du Ministère. Ce dispositif a été conduit jusqu’à terme par les Inspecteurs, les Conseillers Pédagogiques de même que les enseignants chevronnés ».

« Nous avons vu que les niveaux de remédiation ont été également élevés. A partir de ce moment là, nous ne pouvons qu’être assurés que les candidats vont composer dans de meilleures conditions avec toutes les armes nécessaires pour réussir cet examen». Et compte tenu de l’impératif de la rentrée prochaine fixée au 17 septembre, « les résultats seront proclamés au plus tard dans trois semaines ».

 

Justin Amoussou, PFCOM-DCOM/PR-MESTFP

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *