Le gouvernement du Bénin sanctionne des actes de détournement de moustiquaires au PNLP

Le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) est dans le collimateur du gouvernement. Des moustiquaires destinées à protéger les femmes et les enfants sont détournées par des agents. Le gouvernement demande des comptes.

Le ministre de la santé remet à une femme sa moustiquaire lors d’une opération de distribution à Avrankou en octobre 2017. Photo: Bismarck Sossa

Le Conseil des ministres du 27 juin 2018 a statué sur les irrégularités observées dans la gestion des activités au sein du programme et a instruit le ministre de la santé pour les sanctions. Au nombre des irrégularités  se trouve des actes de détournement de moustiquaires par des agents. Lire un extrait du relevé.

[…]

Compte rendu de la mission d’investigations au Programme national de lutte contre le paludisme.

Une mission d’investigations a été dépêchée au programme national de lutte contre le paludisme. Au terme de ses travaux, plusieurs irrégularités et insuffisances ont été relevées, notamment :

  • l’inefficacité du dispositif d’audit et de contrôle interne ;
  • des actes de mauvaise gestion financière et comptable ;
  • des actes de détournement de moustiquaires par des agents.

Prenant acte de ce rapport, le Conseil a instruit le ministre de la Santé aux fins de prendre des sanctions administratives contre les personnes impliquées et de procéder au relèvement du coordonnateur ainsi que du coordonnateur adjoint. Il mettra également en œuvre les recommandations qui en sont issues dont :

  • faire rembourser contre quittance, dans le compte approprié du programme, la somme de huit millions quatre mille (8.004.000) FCFA relative aux tickets-valeur sortis par l’assistant régisseur et gestionnaire du stock sans aucune autorisation;
  • faire justifier la somme de cinquante-six millions cinq cent quarante mille (56.540.000) FCFA décaissée pour la location de magasins et le convoyage de moustiquaires, des arrondissements vers les villages, alors que l’activité n’a pas été réalisée ;
  • éviter à l’avenir la trop longue sédentarisation des agents au sein du programme.

Par ailleurs, les directeurs départementaux de la santé, en liaison avec les médecins coordonnateurs de zone concernés, devront veiller au remboursement par les agents indélicats, des sommes représentant le coût des moustiquaires manquantes.

Le ministre de la Justice et de la Législation fera engager, pour sa part, les poursuites judiciaires contre les mis en cause.

[…]

Source : Conseil des ministres

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *