Les journalistes outillés pour sensibiliser sur la prévention des maladies cardiovasculaires par les pratiques sportives

Cotonou accueille du 11 au 14 avril prochain les travaux du 3e congrès international de la Société béninoise de cardiologie.

De droite à gauche Dr Gildas Assogba, Prof Barnabé Akplogan et Makéba Tchibozo de la plateforme Média et Santé. Photo: Ferry Sossa

Pendant quatre jours des experts dans le domaine de la santé et du sport réfléchiront sur la question du vieillissement de la population en Afrique et la flambée des maladies cardiovasculaires. En prélude à ce congrès, les membres de la Société béninoise de cardiologie (SBC) ont organisé samedi au Codiam à Cotonou, une rencontre de sensibilisation à l’intention des journalistes et blogueurs sur le thème « Pratique sportive et prévention des maladies cardiovasculaires ».

L’idée mise en œuvre en collaboration avec la plateforme « Média et Santé » dirigé par Makéba Tchibozo est d’outiller les journalistes pour leur permettre de mieux communiquer sur des approches de solutions pour prévenir les maladies liées à la mauvaise santé du cœur. C’est dans ce sens que des spécialistes dont Professeur Barnabé Akplogan et Docteur Gildas Assogba ont partagé des connaissances sur les pratiques sportives, l’apport sur la santé du cœur et la prévention des maladies cardiovasculaires.

Exercices physiques pour la bonne santé du cœur !

Le professeur Barnabé Akplogan recommande une bonne pratique sportives pour renforcer la santé du cœur et prévenir les maladies cardiovasculaires. Parlant de pratiques sportives, il ne s’agit pas ici des activités d’entretien auxquelles s’adonnent ça et là les citoyens le weekend sans objectif précis. En général, ces pratiques sportives bien que bénéfiques n’ont pas un but précis et peuvent se révéler parfois dangereux. Ici, le professeur insiste sur l’exercice physique qui est une pratique sportive qui permet d’améliorer la santé mais opérer selon une méthode bien précise.

Il ne s’agit pas en réalité du sport qui implique une idée de compétition. Dans ses explications, la pratique d’exercices physiques modérés et régulières est un bon moyen pour réduire les risques de maladies liées au cœur. Pour les patients hypertendus, l’exercice physique doit être prescrit par un cardiologue comme un médicament. Parmi les maladies cardiovasculaires, l’hypertension artérielle par exemple « est la première maladie cardiovasculaire au Bénin » a dit le Professeur Barnabé Akplogan.

Une vue de la salle pendant la rencontre. Photo: Ferry Sossa

Selon les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) citées par le cardiologue Gildas Assogba « Pour avoir un cœur sain, il faut pratiquer une activité physique d’intensité modérée, régulière, pendant au moins 30 minutes et au moins cinq jours par semaines à composante dynamique ». Cette forme d’activité procure à l’individu un niveau d’essoufflement moyen.

La marche est un exemple d’exercice physique recommandé à tout citoyen menant une vie de sédentarité. Cette activité de locomotion est simple, peu coûteuse, ne nécessite pas un équipement et concorde avec le quotidien. Pour un bénéfice de la marche sur le cœur, Docteur Christelle Randolph, médecin-cardiologue préconise « une marche continue et soutenue de 30 minutes au moins à une heure par jours ».

Les journalistes pour éveiller les consciences !

Face à la recrudescence des maladies cardiovasculaires au Bénin, le rôle des journalistes est de pouvoir sensibiliser et éduquer les populations sur une prise de conscience sur la réalité des maladies liées au cœur, de contribuer aux changements de comportement par une communication d’impact qui vise à amener les populations à pratiquer des exercices physiques pour la bonne santé du cœur et se mettre à l’abris des risques de maladies cardiovasculaires.

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *