Le Gouvernement et les PTF ensemble pour relever le défi de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Bénin

« Faciliter la mise en œuvre et le progrès vers la réalisation de l’Objectif de Développement Durable (ODD) 2 afin d’éliminer l’insécurité alimentaire et la malnutrition au Bénin ». C’est l’objectif global de l’Examen Stratégique National « Faim Zéro » qui a démarré depuis quelques semaines au Bénin.

De gauche vers la droite, M. Guy Adoua (PAM), M. Siaka Coulibaly (SNU), Mme la Ministre Bintou Chabi Adam Taro, Pr Mathurin Coffi Nago (Facilitateur Principal)

La réunion de mise en place des Comités Consultatif et Technique devant conduire cette étude a eu lieu la semaine dernière à Azalai Hôtel de Cotonou, en présence de la Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance (représentant le Gouvernement), du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies (SNU) et du Représentant Résident du Programme Alimentaire Mondial (PAM) au Bénin.

Le Bénin, à l’instar de la communauté internationale a renouvelé son engagement à atteindre d’ici 2030 les Objectifs de Développement Durable (ODD), plus particulièrement l’ODD 2 qui vise à éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable. L’une des stratégies pour être à ce rendez-vous est la réalisation de l’Examen Stratégique National « Faim Zéro », un exercice participatif, indépendant, d’analyse et de consultation, soutenu par le SNU en général et le PAM en particulier.

Malgré les efforts réalisés depuis plusieurs années dans la mise en œuvre des politiques de développement, l’insécurité alimentaire et nutritionnelle demeure encore un défi majeur à relever au Bénin. Selon les résultats de l’Enquête Modulaire Intégrée sur les Conditions de Vie des Ménages de 2015, environ 20 % des ménages sont en insécurité alimentaire. « Cette problématique nécessite donc pour sa prise en charge et son traitement, la mobilisation de toutes les compétences des divers secteurs impliqués dans cette lutte » a précisé Professeur Mathurin Coffi Nago, facilitateur principal de cette étude qui touche un domaine crucial du Ministère des affaires sociales et de la microfinance.

L’une des missions de ce ministère, a rappelé Mme Bintou Chabi Adam Taro, en charge de ce département, est la protection sociale des couches vulnérables caractérisées par la pauvreté et la faim. « Le troisième pilier du Programme d’Action du Gouvernement (PAG) étant l’amélioration des conditions de vie des populations, la Faim Zéro revêt une grande importance pour tous les ministères. »

Le Programme d’Alimentation Scolaire, une base fondamentale de la sécurité alimentaire

Ayant déjà participé à au même exercice au Sénégal, M. Guy Adoua, Représentant Résident du PAM au Bénin, affirme que c’est une bonne opportunité de le refaire au Bénin. Il pense que l’expérience du Bénin est sur une bonne voie avec l’engagement du Gouvernement à travers la mise en œuvre du programme national des cantines scolaires. Une idée, soutenue par M. Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du SNU au Bénin « L’allocation des ressources importantes au Programme des cantines scolaires et d’accompagnement des activités en matière de scolarisation est non seulement une marque de confiance du Gouvernement du Bénin au Programme Alimentaire Mondial (PAM), mais aussi à l’ensemble du Système des Nations Unies pour l’atteinte de l’ODD 2 ».

Le vaste Programme National d’Alimentation Scolaire Intégré (PNASI) s’inscrit justement dans ce contexte. Selon les explications de M.Guy Adoua, les cantines scolaires favorisent l’accès à l’éducation par l’amélioration des taux de scolarisation, d’assiduité et d’achèvement des études en encourageant les ménages pauvres à envoyer leurs enfants à l’école. Elles contribuent ainsi à remédier aux disparités dans l’accès à l’éducation.

Sur le plan nutritionnel, les repas scolaires renforcent les régimes alimentaires des écoliers et contribuent à la réduction des carences nutritionnelles lorsqu’ils contiennent suffisamment de micronutriments et sont accompagnés d’une éducation à la nutrition ainsi que des mesures d’hygiène et des activités de déparasitage.

Dans le domaine de la sécurité alimentaire, les programmes d’alimentation scolaire favorisent le développement de l’agriculture locale car ils représentent une demande structurée et prévisible de vivres permettant la création de marchés de produits agricoles profitables aux petits exploitants et favorisant un développement économique local durable.

Les conclusions et les recommandations issues de l’Examen Stratégique National Faim Zéro permettront de mieux trouver les voies et moyens pour résoudre les problèmes liés à la faim et à la malnutrition au Bénin. Tout en exprimant sa satisfaction aux Comités Consultatif et Technique constitués d’acteurs multisectoriels fortement impliqués dans les domaines de la sécurité alimentaire et de la nutrition, le Coordonnateur Résident du SNU a salué l’engagement du Professeur Mathurin Nago et l’ensemble des Partenaires Techniques et Financiers pour leur implication dans la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable.

Makeba Tchibozo

Chargée de communication PAM/Bénin

Impressions des personnalités

Bintou Chabi Adam Taro (MASM)

Les affaires sociales s’occupent des hommes en général mais spécialement de ceux qui sont en situation de vulnérabilité et qui crient la faim causée par l’extrême pauvreté. Donc, la Faim Zéro nous intéresse beaucoup au Bénin. Mme Bintou Chabi Adam Taro, Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance.

Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du SNU au Bénin

Nous allons faire de l’éradication de la faim, une réalité au Bénin. Cet exercice n’est pas destiné à une seule agence. Il a un caractère multisectoriel. C’est pour cela que toutes les agences du SNU apporteront leur contribution à la réussite de cette étude. Nous attendons donc les résultats fructueux de cette étude. M. Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du SNU au Bénin

Guy Adoua, Représentant Résident du PAM au Bénin

L’avenir du Bénin, en ce qui concerne la sécurité alimentaire et nutritionnelle est entre nos mains. Si nous échouons, ce serait notre responsabilité. Nous sommes ici pour accompagner le Gouvernement afin que tous les béninois puissent avoir les trois repas journaliers. C’est ambitieux, mais nous pouvons y arriver. M. Guy Adoua, Représentant Résident du PAM au Bénin

Pr. Mathurin Coffi Nago

Nous devons conjuguer nos efforts, nos compétences pour relever au Bénin l’important défi de la faim, de l’insécurité alimentaire et la malnutrition. Pr. Mathurin Coffi Nago, Facilitateur Principal de l’étude

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *