« Le risque d’infection par le Vih/Sida reste particulièrement élevé pour les jeunes femmes »

sida

« Le nombre de nouvelles infections ne diminue pas chez les adultes et le risque d’infection par le VIH reste particulièrement élevé pour les jeunes femmes » a indiqué le directeur exécutif de l’Onusida Michel Sidibé dans son message en marge à la célébration ce 1er décembre de la journée mondiale de lutte contre le Sida.

Ceci montre l’augmentation du risque de transmission du Vih/Sida au sein de la couche des jeunes femmes de plus en plus vulnérables à la contamination mais aussi une tendance évolutive de la féminisation du Sida.

En Afrique subsaharienne le passage des filles à l’âge adulte est « un moment à très haut risque » constate le directeur exécutif de l’Onusida qui explique  « les jeunes femmes font face à de nombreux défis et concernant le VIH, la menace est triple : un risque élevé d’infection à VIH, de faibles taux de dépistage ainsi qu’une faible observance du traitement du VIH« 

Au Bénin, les statistiques officielles sur le nombre de jeunes femmes dépistées séropositives ne sont pas disponibles. Néanmoins les risques de contamination au sein de la couche féminine juvénile sont nombreux selon les constats faits par le site mamabenin.com

Ces risques sont liés aux opportunités qu’offrent les outils numériques notamment les réseaux sociaux Whatsapp et facebook qui ont favorisé le développement de groupes de sexe ou les jeunes femmes proposent des services sexuels tarifiés aux internautes en utilisant des pseudos et des photos intimes pour « appâter » leurs clients.

Ils s’étendent à la prostitution des filles et jeunes femmes avec les sites de prostitution qui se multiplient dans les grandes villes, la non négociation du préservatif, l’ignorance du statut sérologique de son partenaire.

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *