Rekya Madougou parraine des enfants malentendants de l’école intégrée des sourds à Porto-Novo

L’ancienne ministre de la justice sous le président Boni Yayi  Rekya Madougou est préoccupée par l’éducation scolaire des enfants handicapés. Son passage à  l’école des malentendants de Louho à Porto-Novo démontre son attachement pour l’égalité des chances des enfants sur le plan du droit à l’éducation. Elle lance un appel aux bonnes volontés à parrainer des enfants de ce centre. Votre Webjournal d’actualité sur les femmes au Bénin revient sur son message.

 Rekya Madougou avec les enfants. Photo : Rekya Madougou


       Rekya Madougou avec les enfants. Photo : Rekya Madougou

Chers amis,

Parce que les mots à travers les paroles, les écrits et les signes constituent un formidable canal d’animation de la vie sociale, l’éducation pour tous doit être une priorité. L’intégration scolaire des déficients auditifs et des personnes affectées par les autres déficiences, est donc une exigence.

Le saviez-vous ? Sur notre planète, plus de 80% des sourds de naissance sont illettrés. Plus alarmant, moins de 10% des déficients auditifs vont au 3è cycle contre 34% des handicapés moteurs et 25% des déficients visuels. La réalité est encore plus dramatique sous nos cieux en Afrique au Sud du Sahara.

Face à ce constat et fidèle à mon crédo d’éducation pour tous, leitmotiv en foi duquel je soutiens des écoliers et élèves (bourses d’études, distributions de prix…), le 19 Octobre dernier, en vue d’aider des enfants handicapés défavorisés, j’ai rendu visite à l’école des malentendants à Louho à Porto-Novo pour toucher du doigt les prouesses de ce centre éducatif et lui apporter mon modeste soutien.

À cette occasion j’ai échangé avec le promoteur de l’établissement et son directeur en vue d’étudier les formules utiles d’accompagnement en faveur de ladite école. Que d’émotions et quelle tristesse que de constater l’étendue du potentiel de ces enfants qui n’ont pas demandé à naître mais qui sont rejetés par les leurs du fait de leur handicap. J’avoue que j’en suis sortie meurtrie mais en même temps je réalise que nous sommes des privilégiés de la nature qui s’ignorent et qu’Il faille en rendre grâce à QUI de droit.

Au demeurant, je m’emplie d’espérance pour le dispositif d’accompagnement éducatif et psychologique que j’ai vu. Ces encadreurs méritent un profond respect. D’ores et déjà, je parraine trois écoliers durant tout leur cursus scolaire. Plus de 260 enfants souffrant de surdité totale, pour la plupart abandonnés par leurs parents, font leurs classes dans cette école grâce à laquelle leur avenir ne serait pas compromis.

Par ailleurs, je me suis engagée à sensibiliser d’autres personnes de bonne volonté et du soutien de diverses natures à l’œuvre du parrainage d’autres enfants en vue de mobiliser des ressources indispensables au bon fonctionnement de l’école. Le parrainage d’un enfant en pensionnat (internat) s’élève à environ 500.000 FCFA par année scolaire.

L’une des particularités de ladite école est qu’elle est unique dans la sous-région francophone à compter des classes de la maternelle en terminale et surtout à présenter des élèves sourds aux examens, qui plus est, avec des taux de réussite à faire pâlir d’envie des écoles d’élèves bien portants.

Vous aussi pouvez faire quelque chose. Chers amis du Bénin, de la diaspora et d’ailleurs, parrainez des enfants en régime internat ou externat.

Je terminerai mon propos par un signe, celui que j’ai retenu le mieux lors de ma brève immersion dans leur communauté : pouce+index+auriculaire droits et majeur+annulaire repliés à l’intérieur de la paume, signifiant « I love you ».

Ci- après leurs coordonnées :
Quartier Louho Porto-Novo (Bénin)
Fixe : + (229) 20 24 54 08 Mobile : + (229) 95 52 19 99 / 97 69 92 02

Laisser un commentaire

Commentaire(s)

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *